Essai sur le logos platonicien
1 autre image
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Les Essais
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Essai sur le logos platonicien

Gallimard

Les Essais

Offres

  • AideEAN13 : 9782072032967
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

  • AideEAN13 : 9782072032974
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

'Nous admettons communément, aujourd'hui, que le langage est un système de
signes élaboré par l'esprit humain à partir de cris et de gestes spontanés.
Mais c'est là une doctrine relativement récente, que Démocrite et Aristote
ont, semble-t-il, introduite les premiers dans la philosophie. Car nous savons
qu'à l'époque de Platon la plupart des Grecs croyaient encore à la rectitude
naturelle des mots, ce qui excluait qu'ils fussent un produit de la convention
ou de l'usage. Il est impossible qu'un Ancien qui pensait ainsi ait eu la même
idée que nous de la vérité et de la science. On connaît le rôle que le logos a
joué dans la pensée grecque depuis Héraclite jusqu'à la théologie chrétienne,
en passant par les Stoïciens. Or, que signifie ce terme ? À plusieurs
reprises, Platon le définit comme nous définissons la proposition,
c'est-à-dire par ses éléments, qui sont les noms et les verbes ; pourtant nous
avons pris l'habitude de l'interpréter doublement, tantôt par langage et
tantôt par raison. J'ai été tenté de réduire cette duplicité à l'unité. Que
deviendraient les différentes philosophies présocratiques et la métaphysique
platonicienne si nous entreprenions de ne jamais considérer le logos grec que
comme une opération de langage? Voilà le problème que je me suis posé,
espérant, à son occasion, apercevoir quelques ressorts secrets de l'esprit
antique, et, du moins, continuer à le ramener dans son climat de religion que
nous sommes trop enclins, dans nos préoccupations modernes, à négliger.' Brice
Parain.

S'identifier pour envoyer des commentaires.