Émilien Amaury (1909-1977), la véritable histoire d'un patron de presse du XXe siècle
Éditeur
Le Cherche Midi
Date de publication
Collection
Documents
Langue
français
Code dewey
074.092
Fiches UNIMARC
S'identifier

Émilien Amaury (1909-1977)

la véritable histoire d'un patron de presse du XXe siècle

Le Cherche Midi

Documents

Offres

  • AideEAN13 : 9782749130200
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    19.99

Le Parisien libéré, L'Équipe, Carrefour, Marie-France, Ouest-France, Point de
vue-Images du monde, Le Courrier de l'Ouest, Le Maine libre... En quelques
années de l'après-guerre, Émilien Amaury acquiert, dirige ou participe à la
création de ces journaux fondés sur les ruines de la presse
collaborationniste. Sorti de l'école à 12 ans, il quitte sa famille. Séduit
par son charme et son appétit de vie, Marc Sangnier, ami d'Aristide Briand et
de Léon Blum, le prend sous son aile. Il est successivement adoubé par les
administrateurs du journal Le Petit Démocrate, André Arthus-Bertrand, Emmanuel
Desgrées du Lou, Raymond Laurent, et crée en 1931, à 22 ans, avec leur
soutien, son agence de publicité, l'Office de publicité générale (OPG).
Puis éclate la Seconde Guerre mondiale. Le spahi se bat courageusement des
Ardennes au passage de la Loire. Il est fait prisonnier, s'évade et rentre à
Paris. Puis il se rend à Vichy. Le budget de la propagande pour la famille lui
est confié. Pourtant, à Paris, lui et son groupe de la rue de Lille éditeront
" la moitié de la presse clandestine ".
Pour Émilien Amaury et ses amis du MRP, la presse ne devait dépendre " ni de
la puissance gouvernementale ni des puissances de l'argent " mais Le Parisien
libéré, le journal d'Émilien (surnommé désormais Jupiter), se fait le champion
du " sang à la une ". Puis Amaury, le progressiste d'avant guerre qui, avec
son ami Pierre-Henri Teitgen et Francisque Gay, a accordé le monopole de
l'embauche à la CGT du Livre et son exclusivité syndicale, devient alors son
pire ennemi. En 1974, éclate au Parisien le conflit le plus dur que la presse
ait jamais connu en France. Il va durer trois ans.
Un matin gelé de janvier 1977, Émilien Amaury fait une chute de cheval fatale.
Il a 67 ans.
Trente années ont passé, le groupe Philippe Amaury, l'héritier exigeant et
réservé, affiche aujourd'hui une bonne santé financière et défend une farouche
indépendance.
L'auteur, après une longue enquête, a reconstitué l'existence du fondateur,
personnage hors du commun, un temps ami de son père, et qu'il a côtoyé dans
son enfance.

S'identifier pour envoyer des commentaires.