[Tome 3], De 1945 à la prise d'otages de Marignane, Histoire des commandos (Tome 3) - De 1945 à la prise d'otage à Marignane
Éditeur
Pygmalion
Date de publication
Collection
Histoire
Séries
Histoire des commandos
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
356.167
Fiches UNIMARC
S'identifier

[Tome 3], De 1945 à la prise d'otages de Marignane - Histoire des commandos (Tome 3) - De 1945 à la prise d'otage à Marignane

Pygmalion

Histoire

Offres

  • AideEAN13 : 9782756408835
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • AideEAN13 : 9782756408842
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Histoire des commandos

La seconde guerre mondiale à vu éclore les commandos, appellation évoquant tout à la fois l'opération proprement dite et l'unité militaire chargée de son exécution. La fin du conflit ne marque pas leur disparition. Bien au contraire! Depuis 1945, touts les pays se sont dotés de commandos plus communément appelés forces spéciales. Après deux précédents tomes consacrés aux commandos de la Seconde Guerre Mondiale, ce sont ceux de l'après-guerre que Pierre Montagnon relate aujourd'hui. En historien et en technicien, refusant le romanesque, même si certains événements paraissent irréels, il évoque les interventions les plus spectaculaires ou les plus audacieuses: raid américains sur Téhéran, opération israélienne à Entebbe, assault du GIGN français contre un Airbus détourné à Marseille-Marignane, etc. Mais cette période voit naître aussi des commandos "civils", baptisés le plus souvent "terroristes" par leur adversaires. Ces hommes agissent au nom de leur pays ou de leur cause avec une détermination qui fait leur première forces. Le massacre des athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich en 1972, par un commando prêt à l'extrême, en est le plus tragique exemple.

S'identifier pour envoyer des commentaires.