Bastien-Thiry, Jusqu'au bout de l'Algérie française
Éditeur
Pygmalion
Date de publication
Collection
Histoire
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
364.152
Fiches UNIMARC
S'identifier

Bastien-Thiry

Jusqu'au bout de l'Algérie française

Pygmalion

Histoire

Offres

  • AideEAN13 : 9782756409368
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • AideEAN13 : 9782756409412
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Le 11 mars 1963, le lieutenant-colonel Jean Bastien-Thiry, trente-cinq ans,
polytechnicien, ingénieur en chef de l'air, issu d'une famille appartenant à
la grande bourgeoisie lorraine, est fusillé pour avoir voulu supprimer le
président de la République française, le général de Gaulle. L'événement est
entré dans l'histoire sous le nom d'attentat du Petit-Clamart. Comment un
honne, dotés de profonde conviction catholiques et d'un bagage culturel
superieur, a-t-il pu en arriver là? Grâce à de nombreux documents inédits,
notamment les souvenirs de Jacques Cantelaube, directeur de la sécurité du
général de Gaule et controlleur général de la police, les lettres de Geneviève
Bastien-Thiry, les procès verbaux d'interrogatoire de l'inculpé, le dossier
d'instruction et de police de l'affaire, Jean-Pax Méfret apporte de nombreuses
et stupéfiantes révélations. Ayant rencontré des membres encore inconnus du
commando qui a organisé l'attentat, il nous entraîne au cœur des années
terribles qui ont marqué la fin de l'Algérie française, dans les coulisses,
alors opaques, des milieux politiques et des ministères parisiens. Couverture
: Jean Bastien-Thiry devant la cour militaire le 2 février 1963, collection
particulière / voiture de général de Gaulle après l'attentat manqué© Keystone.

S'identifier pour envoyer des commentaires.