Gaullistes dans l'Ouest atlantique, dans les élections législatives de 1958 à 1981
EAN13
9782753527386
ISBN
978-2-7535-2738-6
Éditeur
Presses universitaires de Rennes
Date de publication
Collection
Histoire
Nombre de pages
212
Dimensions
24 x 15,5 x 1,7 cm
Poids
345 g
Langue
français
Code dewey
324.244030904
Fiches UNIMARC
S'identifier

Gaullistes dans l'Ouest atlantique

dans les élections législatives de 1958 à 1981

Édité par ,

Presses universitaires de Rennes

Histoire

Offres

Autre version disponible

Les terres de la façade atlantique, des franges méridionales de la frontière pyrénéenne aux bordures maritimes de la Manche, sont au début de la Cinquième République marquée à droite. Le gaullisme trouvera dans ces six régions du grand Ouest atlantique (Aquitaine, Poitou-Charentes, Pays de la Loire, Bretagne, Basse-Normandie et Haute-Normandie) un ancrage électoral majoritaire pendant les premières législatures (1958-1981). En outre, ces régions accueillent de grandes figures du mouvement gaulliste: Olivier Guichard, Jacques Chaban-Delmas, Jean Foyer, Yvon Bourges, Robert Boulin, Vincent Ansquer, Robert Buron, etc., autant de personnalités, souvent ministres, grands élus locaux, qui ont pu, durant les vingt premières années du régime, jouer un rôle central dans la vie politique tant locale que nationale. Les actes de la journée d'études organisée par le CRHIA, qui s'est tenue à Nantes dans le cadre de l'ANR Gaulhore, cherchent à mieux cerner par une analyse d'histoire électorale la profondeur de cet ancrage politique. Les auteurs ont surtout cherché à s'interroger sur l'implantation et la durabilité du gaullisme dans ces régions plutôt attachées en 1958 aux cultures politiques de droite, à une époque où leur hégémonie dans le pays est peu contestée par une gauche affaiblie et qui ne se recomposera qu'au cœur des années 1970. Les conclusions montrent que le gaullisme y pénètre de façon inégale et ne peut empêcher le basculement à gauche de la Bretagne, ou de certains départements, notamment dans les deux régions les plus méridionales. Son implantation y est donc partielle, parfois de circonstances. La France de l'Ouest, en 1981 n'est plus une terre de droite, elle y conserve des bastions, mais elle connaît un rééquilibrage politique durable, que les auteurs cherchent ici à comprendre et expliquer.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Laurent Jalabert
Plus d'informations sur Centre de recherches en histoire internationale et atlantique