Lettres à sa voisine
EAN13
9782070142248
ISBN
978-2-07-014224-8
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Blanche
Nombre de pages
88
Dimensions
24 x 19 x 0 cm
Poids
254 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
846.8
Fiches UNIMARC
S'identifier

Lettres à sa voisine

De

Autres contributions de ,

Gallimard

Blanche

Offres

Autre version disponible

«C’est un vrai petit roman, fondé sur une surprise : la découverte de ces vingt-trois lettres à une dame (et trois à son mari) dont nous ne savions rien, et qui se trouve avoir été la voisine de Marcel Proust, au troisième étage du 102 boulevard Haussmann, Mme Marie Williams, épouse, en deuxièmes noces, d’un dentiste américain, le docteur Charles D. Williams, qui exerçait, lui, au deuxième, c’est-à dire au-dessus de la tête du pauvre Marcel : d’où bien des drames vécus par ce phobique du bruit. Un roman par lettres, dans lequel les deux épistoliers rivalisent de style. Proust déploie à l’égard de Mme Willliams tout son charme, fait briller son humour, sa culture, son art du compliment. C'est qu'il éprouve pour cette autre recluse, par-delà le désir de plaire à une voisine qui détient les clés du silence, une sympathie réelle, de l'amitié, une forme d'affection. Nous n'avons malheureusement pas les lettres de Mme Williams.De quoi est-il question dans ces lettres ? Du bruit d’abord, des travaux à l’étage du dessus, qui torturent Proust pendant ses heures de sommeil et de travail. Il est aussi question de musique, parce que Mme Williams aime la musique et joue de la harpe ; de roses, naturelles et métaphoriques, échangées avec les lettres ; mais aussi de la maladie (la sienne et celle de Mme Williams) ; de la solitude. Le ton est celui de l'amitié, de l'intimité de plus en plus grande. Nous n'avons pas les dernières lettres envoyées par Proust. Contenaient-elles des adieux touchants ? Elle quitte le boulevard Haussmann en même temps que Proust. Contraint de s'en aller par la vente de l'immeuble, il déménage le 31 mai 1919. Proust n’a parlé de Mme Williams à personne.» Jean-Yves Tadié.
C’est un vrai petit roman, fondé sur une surprise : la découverte de ces vingt-trois lettres à une dame (et trois à son mari) dont nous ne savions rien, et qui se trouve avoir été la voisine de Marcel Proust, au troisième étage du 102 boulevard Haussmann, Mme Marie Williams, épouse, en deuxièmes noces, d’un dentiste américain...

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Marcel Proust
Plus d'informations sur Jean-Yves Tadié