La Bible des peuples
Éditeur
Clic sur la Bible
Date de publication
Nombre de pages
6306
Langue
français
Langue d'origine
hébreu
Code dewey
220.541
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Bible des peuples

Clic sur la Bible

Indisponible

Extrait
Qu'est-ce que la Bible ?
La Bible n'est pas un seul livre, mais une bibliothèque de 73 livres dont l'écriture s'échelonne sur plus de 1000 ans, entre le 10ème siècle avant Jésus-Christ et le 1er siècle après). De styles très différents, ils ont tous le même but : manifester une lumière d'ordre théologique et spirituelle, absolument pas scientifique. Car la Bible n'est pas un livre de sciences.
Elle est une rédaction inspirée par l'Esprit des principaux événements d'un peuple qui se sait appelé à entrer dans une alliance et sa promesse, à accueillir sa Révélation. Voilà pourquoi la Bible a toujours été un monument de littérature extraordinaire, une source inépuisable d'inspiration artistique et la nourriture de la prière de très nombreux croyants.
Nous comprenons bien alors que la Bible ne s'adresse pas à notre seule intelligence mais d'abord à notre cœur.
Des notes signalées par une +
En début de Chapitre, une + indique la présence d'un note explicative dont le texte apparaît dès que l'on clique dessus. Les notes de La Bible des Peuples ont été soigneusement rédigées pour permettre à la fois une plus grande intelligence du texte et une application dans notre vie quotidienne.
L'Eglise a toujours souhaité que la lecture de la Parole de Dieu soit accompagnée de commentaires facilitant la compréhension du texte. En effet, beaucoup de mots et de notions ont une résonance bien différente pour nous aujourd'hui. Les auteurs bibliques écrivent dans une culture et pour des destinataires particuliers. Ignorer cela nous conduirait à l'incompréhension des textes eux-mêmes ou du moins à une lecture difficilement accessible de nos jours.
En quoi la bible est-elle toujours actuelle ?
L'actualité de la bible tient en ceci qu'au fond elle parle de l'existence de tout homme, de toute femme ...;de tous les aspects les plus quotidiens de nos existences. Dans la bible donc, on parle de la vie et de la mort, de la souffrance et de la joie, de l'amitié, de la tendresse, de l'amour et de la sexualité, de la complexité et de la richesse des rapports humains, de la fraternité et de la haine, des inévitables conflits et des désirs de paix, de la vengeance e du pardon, de la quête de sens et de la futilité des jours, de la prière et du doute, de l'humain et du divin...
La Bible est encore actuelle parce que pour les croyants, les auteurs ont été inspirés par l'Esprit Saint, ce qui fait de ces textes non seulement une parole sur Dieu, mais la Parole que Dieu lui-même nous adresse aujourd'hui.
Enfin, la Bible est actuelle parce qu'elle est une source inépuisable d'inspiration artistique : cinéma, théâtre, architecture, littérature, peinture, musique. La Bible est actuelle en somme parce qu'elle est en mesure de répondre à toutes les questions qui sont les nôtres.
La bible explique-t-elle le mal et la violence ?
Non, la bible n'explique pas le mal, car si l'on pouvait expliquer le mal, il ne serait plus tout à fait le mal puisqu'on aurait prise sur lui. Il est vrai que la question du mal est l'une des plus importantes qui soient, car cette lutte entre le bien et le mal se fait au cœur de la vie de chacun d'entre nous. Elle est sujette à de très nombreuses interprétations.
Et cela est d'autant plus important dans le contexte actuel que l'on pense qu'il existe deux principes, deux sources, deux dieux qui s'affrontent dans une lutte sans merci :le dieu du bien et le dieu du mal. Or l'homme de la Bible nous apprend qu'il n'existe qu'un principe, qu'une source, qu'un Dieu et qu'Il est bon.
Pourtant l'homme de la Bible, comme nous aujourd'hui, constatait douloureusement la présence du mal sous toutes ses formes. Bien des fois il a été tenté d'accuser Dieu et plus souvent encore il s'est demandé s'il existait vraiment. C'était au fond une magnifique façon d'innocenter Dieu que de penser qu'il ne pouvait qu'être étranger à ce qui nous fait souffrir. Dieu non plus ne nous explique pas le mal, il le traverse avec toute sa puissance de vie et par son amour et en devient vainqueur. Il nous donne les clés pour faire de même.
Nous pouvons être surpris et choqués de voir des récits et des paroles de violence dans la Bible. Mais nous avons dit que la Bible reflète notre vie quotidienne, et cette violence se trouve aussi en nous. Lequel d'entre nous n'a pas eu un jour envie de se venger ? Dieu se fraie un chemin à travers tout cela pour apporter à ceux qui le souhaitent la paix, la lumière et ouvrir le long chemin qui mène au pardon.
La bible, une histoire sainte ?
Oui bien sûr ! Mais une histoire sainte ne veut pas dire une vie de petits saints, de « sainte nitouche ». Ce n'est pas une histoire de façade devant laquelle Dieu fermerait les yeux sur ce qui ne va pas.
Une histoire devient une histoire sainte parce que tout ce qu'elle contient est vécu dans la compagnie de Dieu, dans la certitude de sa présence et de son action.
Une histoire sainte est donc au fond une histoire ordinaire, mais dans laquelle nous laissons « la part à Dieu ».
La bible et l'écologie
Le terme « d'écologie » n'est apparu qu'au 19ème siècle, et son intégration dans les programmes politiques dans les années 1970...; la bible n'en parle donc pas dans le sens où nous l'employons aujourd'hui. Pourtant, les textes sur la beauté de l'univers et sur la richesse qu'il contient ne manquent pas.
Certaines expressions employées sont parfois mal comprises comme en genèse 1 (qui raconte sous forme de poème théologique la création de l'univers) lorsqu'il est dit : « Dominez la terre et soumettez-là ». Certains ont interprété ce texte comme une autorisation à faire tout et n'importe quoi, alors qu'il s'agissait au contraire d'inviter l'homme à devenir le serviteur de cette création pour lui faire porter du fruit et le meilleur d'elle-même.
L'univers nous dit l'homme biblique est en fait un cadeau que Dieu fait à l'homme pour lui permettre d donner du fruit. Ces fruits sont un héritage destiné à chacun.
Dès lors que nous ne sommes plus en paix avec Dieu, avec nos semblables ou avec nous-mêmes, c'est notre environnement qui en fait les frais.
La Bible ... et la Tradition
Les livres de la Bible ne communiquent tout leur message qu'à ceux qui viennent partager l'expérience de la communauté dans laquelle ces livres sont nés. Il y a une manière de comprendre la Bible qui est propre au peuple de Dieu : c'est ce que nous appelons la Tradition du peuple de Dieu. Jésus a reçu cette tradition de sa propre famille et de son peuple. Ensuite il a enseigné aux apôtres une nouvelle manière d'interpréter cette histoire sacrée. C'est pourquoi nous parlons de la Tradition des Apôtres ou de la Tradition de l'Eglise.
Pour comprendre la Bible, nous ne pouvons pas nous fier à n'importe quelle interprétation au risque d'en travestir et parfois d'en trahir le sens. Nous devrons la recevoir de l'Eglise fondée par les apôtres.
Vous avez la Bible en main...;
Dans cette Bible pastorale nous avons respecté l'ordre habituel des livres pour le Nouveau Testament : après les quatre Evangiles le lecteur trouvera les Actes des Apôtres, suivis des lettres (ou épîtres) de Paul, la lettre aux Hébreux, les lettres de Jacques, Pierre, Jean et Jude, et enfin l'Apocalypse de Jean.
Pour l'Ancien Testament, il nous fallait faire un choix. Tandis que l'ordre des livres dans le Nouveau Testament n'a jamais été discuté, les vieux manuscrits nous présentent des classifications différentes pour les livres de l'Ancien Testament. Fait beaucoup plus notable, la liste des livres qu'ils incluent parmi les écrits inspirés n'est pas la même.
En effet, déterminer quels livres sont ou ne sont pas parole de Dieu, c'est toucher aux bases mêmes de la révélation, et seuls, ceux qui avaient été choisis pour guider le Peuple de Dieu pouvaient prendre une telle décision. Elle n'avait pas encore été prise par les autorités juives au temps de Jésus et des apôtres. Il y avait une Bible hébraïque, utilisée en Palestine, et une Bible grecque traduite de la première, utilisée par les nombreuses communautés juives du monde grec, mais aussi parfois en Palestine. Cette dernière incluait des livres plus récents qui avaient été rédigés en grec.
Ce n'est qu'après la première révolte contre ...

S'identifier pour envoyer des commentaires.