Le grand livre des créatures fantastiques
Éditeur
City éditions
Date de publication
Nombre de pages
288
Langue
français
Code dewey
398.45
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le grand livre des créatures fantastiques

City éditions

Offres

  • AideEAN13 : 9782352885795
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Partage

      6 appareils

    14.00

Extrait

Griffon
(Légendes diverses) Son nom provient directement du grec, mais il apparaît dans nombre d'autres mythologies, depuis l'Égypte ancienne jusqu'aux bestiaires médiévaux. Il s'agit d'une créature mixte, au corps de lion, mais à la tête d'aigle, dont il possédait aussi les larges ailes. Cette hybridation n'est pas un hasard, mais revêt une signification hautement symbolique : le lion et l'aigle étaient dans beaucoup de cultures considérés comme les souverains, respectivement, de la terre et du ciel. C'est donc la royauté du Griffon, transcendant les frontières des deux royaumes de la nature, que son corps fabuleux est censé incarner. Dans de nombreux folklores, il se raconte que le Griffon, comme les autres oiseaux, construit un nid, mais qu'il y pond des saphirs en lieu et place d'oeufs, un trésor qu'il protège jalousement.
Dans la mythologie antique, les Griffons gardaient l'or des Scythes, qu'ils protégeaient de l'avidité des Arimaspe, une race de Cyclopes*, qui tentaient de le leur dérober. Ils sont très présents au Moyen Âge, où ils intègrent le registre de la zoologie, car nul ne doute de leur existence réelle - on voit simplement en eux une race d'oiseaux extrêmement rare. On attribue d'ailleurs à leurs plumes et à leurs serres de puissantes propriétés médicinales, d'une efficacité telle qu'elles étaient réputées pour permettre de rendre la vue à un aveugle. Ils sont acceptés par le christianisme comme un symbole officiel, sans doute parce que, encore une fois, ils permettent l'articulation allégorique des souverainetés terrestre et céleste, et on les trouve fréquemment sculptés ou gravés dans les cathédrales gothiques. Enfin, ils prendront une importance considérable dans l'héraldique, où ils apparaissent très fréquemment sur les blasons, les écussons et les sceaux, pour signifier la majesté, la puissance ou la sagesse.

S'identifier pour envoyer des commentaires.