Construction de l'espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, XXXVIIe Congrès de la SHMESP (Mulhouse, juin 2006)
EAN13
9782859445874
ISBN
978-2-85944-587-4
Éditeur
ED SORBONNE
Date de publication
Collection
HISTOIRE ANCIEN
Nombre de pages
462
Dimensions
24 x 16 x 2 cm
Poids
799 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Construction de l'espace au Moyen Âge : pratiques et représentations

XXXVIIe Congrès de la SHMESP (Mulhouse, juin 2006)

Ed Sorbonne

Histoire Ancien

Indisponible

Dans les études consacrées au Moyen Âge, les notions d'espace, de spatialité, de territoire et de limite ont souvent été utilisées approximativement, en raison de la complicité de l'histoire-géographie en France ou de la conviction que l'histoire, c'est du temps dans l'espace. La nécessité de préciser les approches méthodologiques et conceptuelles s'imposait d'autant plus que les grands instruments de recherche récents, les dictionnaires par exemple, ne comportent pas d'entrée à ce terme. Dans ce volume, un champ de recherche bien défini est proposé pour permettre d'analyser en profondeur une conscience spatiale qui est toute différente d'un type de source à l'autre, d'une région à l'autre, d'une temporalité à l'autre mais aussi d'une historiographie à l'autre. La dimension internationale de la rencontre se révèle à cet égard essentielle et novatrice.
Tel était le défi lancé à la communauté des médiévistes par les organisateurs du XXXVIIe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur en lien étroit avec le Mediävistenverband. Les chercheurs confirmés et les « jeunes pousses » ont répondu nombreux et ils offrent dans ce volume des approches multiples mais convergentes vers l'espace devenu objet d'étude et de problématiques. Si l'intérêt historique s'est toujours tourné vers les représentations de l'espace imaginées par savants et élites sociales, l'observation plus récente des pratiques sociales, une « utilisation de l'espace liée à un mode de vie », permet de faire sauter le verrou qui les opposait ou les séparait. L'Église apparaît alors comme un acteur de premier rôle dans ce rapprochement, institution héritière du savoir antique, innovante dans ses adaptations pratiques d'organisation administrative et créatrice de constructions symboliques. Les lectures spatiales de documents textuels ou les études pratiques de l'espace font appel à une nécessaire interdisciplinarité qui permet un jeu d'échelles et le croisement des données fournies par des outils d'analyse différents : ce volume permet la rencontre des historiens, des historiens de l'art, des archéologues et des linguistes sans oublier toutes les sciences de la vie en amont.
Le lecteur découvrira avec plaisir « la » représentation médiévale de l'espace en tant que processus de spatialisation des rapports sociaux caractéristiques de l'histoire occidentale. Il sera peut-être surpris de découvrir l'actualité de ces études de paysages qui rejoignent la conscience écologique actuelle de la transformation des milieux par l'homme en société.

S'identifier pour envoyer des commentaires.