Le Roi Lear
EAN13
9782070709816
ISBN
978-2-07-070981-6
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Le Manteau d'Arlequin - Théâtre français et du monde entier (174)
Nombre de pages
288
Dimensions
19 x 12 x 2 cm
Poids
265 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander

«Selon Coleridge, Le Roi Lear représente "le plus immense effort de Shakespeare poète". Cette opinion est partagée par un grand nombre de critiques et de connaisseurs, pour qui cette tragédie est, avec Hamlet, l'un des sommets de l'œuvre shakespearienne. C'est la pièce la plus sombre et la plus douloureuse du grand dramaturge. Un déchaînement sauvage de passions jette les uns contre les autres la plupart des personnages ; et Cordelia elle-même, en son intransigeance obstinée, n'est pas exempte de quelque dureté. On a dit souvent que Le Roi Lear était la tragédie de l'ingratitude filiale : c'est l'évidence, mais on ne doit pas la limiter à cette signification. Lear, c'est aussi la tragédie de l'aveuglement : un homme se trompe sur ses proches, jusqu'à l'injustice ; il en sera puni, d'une façon horrible, même lorsqu'il aura reconnu son erreur et s'en sera repenti. Au vieux roi, aussi cruel que ses deux filles, Régane et Goneril, il faudra l'épreuve de la douleur et de la folie pour s'humaniser, retrouver des sources de compassion et de tendresse. Une intrigue secondaire, celle de Gloucester et de ses deux fils, Edgar et Edmond, s'entrelace étroitement à l'intrigue principale, dont elle forme le contrepoint. Des symboles puissants et simples (la tempête des cœurs et celle qui s'abat sur la lande, le
bouffon guidant son roi dément, la folie simulée d'Edgar et la folie réelle de Lear, les yeux crevés de Gloucester et sa lucidité revenue) confèrent au drame une dimension surhumaine. Le pessimisme de Shakespeare, un désespoir qui n'attend plus que le suicide cosmique, s'exprime en un langage poétique d'une splendeur soutenue et inégalée. On chercherait en vain une morale, il n'y en a pas. Tout au plus
peut-on croire que Shakespeare affirme la responsabilité humaine sous l'ombre écrasante de la Némésis, quand il fait dire à Edgar : "Les dieux sont justes : avec nos vices favoris, ils forgent des instruments pour nous torturer."» Jean-Louis Curtis.
Nouvelle édition en 1987

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur William Shakespeare
Plus d'informations sur Jean-Louis Curtis