CHANNELS les voix de l au dela, les voix de l'au-delà
EAN13
9782845920996
ISBN
978-2-84592-099-6
Éditeur
PRESSES CHATELE
Date de publication
Collection
PHENOMENES MYST
Dimensions
22 x 14 x 0 cm
Poids
320 g
Langue
français
Code dewey
133.91
Fiches UNIMARC
S'identifier

CHANNELS les voix de l au dela

les voix de l'au-delà

De

Presses Chatele

Phenomenes Myst

Offres

Autre version disponible

DU MÊME AUTEUR

Qui a peur des années 80 ?, en collaboration avec Nicolas Mélot, Le Rocher, 1980.

La Vie, avant, pendant, après et ailleurs, en collaboration avec Jean-Yves Casgha, Philippe Lebaud éditeur, 1989.

Objectif succès, De Vecchi, 1988 ; De Vecchi/Poche, 1992.

L'Art de gérer son temps, De Vecchi, 1989 ; De Vecchi/Poche, 1990.

Musique et Spiritualité, entretiens avec Monique Deschaussées, Dervy-Livres, 1990 ; rééd. Dervy, 1996.

Et le divin dans tout ça ?, entretiens avec Jean Charon, Albin Michel, 1998.

Psi, enquête sur les phénomènes paranormaux, Presses du Châtelet, 1999 ; J'ai Lu, 2001.

Soyez zen, Presses du Châtelet, 2000.

Soyez yang, Presses du Châtelet, 2002.

La Psy, mode d'emploi, ouvrage collectif, Marabout, 2003.

Le présent ouvrage constitue une édition revue et augmentée de Channels : les médiums du Nouvel Âge, L'Age du Verseau, 1989.

Si vous souhaitez recevoir notre catalogue et être tenu au courant de nos publications, envoyez vos nom et adresse, en citant ce livre, aux Presses du Châtelet, 34, rue des Bourdonnais, 75001 Paris. Et, pour le Canada, à Édipresse Inc., 945, avenue Beaumont, Montréal, Québec, H3N 1W3.

eISBN 978-2-8459-2583-0

Copyright © Presses du Châtelet, 2003.

Introductionà la nouvelle édition

Ah, les Salons de la parapsy et les Festivals de la voyance ! Aussi loin que je me souvienne, je les ai toujours fuis... Pourtant, au cours des mois qui ont suivi la première parution de Channels, il m'a bien fallu y passer. Par curiosité, peut-être. Mais ce n'était pas le plus important : je voulais surtout y constater par moi-même l'apparition d'un très curieux phénomène qui m'avait été signalé par des amis bien intentionnés.

À la fin des années 80, premier journaliste à publier une enquête sur le sujet, j'avais importé les termes de « channel » et « channeling » en France. Dans un domaine aussi sensible que celui des phénomènes paranormaux, c'était en quelque sorte un privilège, mais aussi une drôle de responsabilité. Le livre avait connu un bon succès, et avait bénéficié d'une couverture de presse aussi considérable qu'inattendue. Au point que Channels avait été, je crois, le déclencheur d'une certaine « mode » du channeling dans notre pays. Malheureusement, elle avait de curieux effets secondaires. Notamment, dans les couloirs des Salons de voyance et autres festivals de l'étrange. Je voulais voir de mes propres yeux ce dont on m'avait parlé. Et j'ai vu...

Traditionnellement, sur la devanture des petits box qui leur sont réservés, les voyantes, diseuses de bonne aventure, tireuses de tarots et autre Madame Irma, rivalisent d'ingéniosité pour attirer le client à grand renfort de placards aguicheurs : « Meilleure voyante de l'année », « Prix international de parapsychologie », « Vu à la télé », et ainsi de suite. Mais, depuis le début de l'année 1990, on pouvait aussi voir, sur une petite affichette supplémentaire parfois griffonnée à la hâte, une nouvelle qualification : « CHANNEL. »

Chaque fois que cet abracadabra était mentionné, je suis entré, incognito, dans l'officine en contreplaqué ; chaque fois, je me suis trouvé face à l'une de ces praticiennes de la voyance, au demeurant fort sympathique, mais dont la consultation n'avait rien à voir avec le channeling. Ni même avec la voyance, d'ailleurs... Ce genre de mésaventure montre combien le terme « channel » s'était rapidement implanté. Pas toujours à bon escient, puisqu'il ne désigne ni la voyance ni le contact avec les morts.

C'est en raison de l'impact de ce livre auprès du public, notamment des personnes intéressées par les phénomènes paranormaux, que, pour beaucoup, rééditer Channelsétait une évidence. En tout cas, bien plus que pour mon éditeur qui a failli succomber à une attaque de panique subite lorsque j'ai voulu imposer le titre. « Personne ne connaît ! » Eh bien, non, personne ne connaissait. Mais c'était ça ou rien...

La première édition de ce livre a eu une résonance à laquelle je ne m'attendais pas. Dans les mois qui ont suivi sa parution, j'ai reçu une quantité considérable de courrier. Pour la plupart, des témoignages de personnes qui étaient entrées spontanément dans un processus de channeling et qui, enfin, pouvaient partager leur expérience, pouvaient lui donner un nom. C'est ainsi que m'ont été adressés, parfois en vrac, des kilomètres de textes reçus « sous inspiration ». Leurs auteurs, souvent, espéraient être publiés. De toute évidence, ce phénomène n'était pas une nouveauté ; il était bien là, installé, peut-être quelque part dans l'inconscient collectif, et ne demandait qu'à s'exprimer.

Si la « mode » du channeling semble passée, ce n'est qu'en apparence seulement. Disons plutôt que c'est la « mode médiatique » qui s'est essoufflée : les facultés étranges de l'esprit humain font rarement l'objet de reportages sérieux, surtout lorsqu'il n'y a aucune image sensationnelle à diffuser. Auquel cas, les télés n'y trouvent aucun intérêt... Pourtant, le phénomène est toujours aussi vivant : il n'est pas rare que, quinze ans plus tard, je reçoive encore du courrier de personnes qui ont découvert Channels dans un grenier, chez un bouquiniste, dans une bibliothèque, et s'enthousiasment pour cette forme de médiumnité qui, si elle existe depuis que le monde est monde, semble donner une ouverture nouvelle vers d'autres dimensions de l'esprit. Très récemment, d'ailleurs, un ami éditeur à qui je signalais la sortie prochaine de cette nouvelle édition me disait que, aujourd'hui encore, il ne se passait pas une semaine sans qu'il reçoive le manuscrit d'un nouveau channel français...

Ce reportage qui a paru à la fin des années 80 est donc ici réactualisé, largement revu et corrigé, complètement restructuré. Il comporte d'autres informations, des réactions de lecteurs, des compléments d'enquête, d'autres reportages, d'autres rencontres, d'autres expériences.

Mais attention : il n'est pas dans mon intention de vous dire « l'Au-delà existe, je l'ai rencontré », de décrire d'autres mondes en proclamant « voilà ce qui est », de prévenir que « tout est en train de changer », ni de faire la moindre affirmation dogmatique. J'ai simplement voulu partager un certain parcours pour vous inviter à vous interroger sur vos propres conceptions de la réalité et, peut-être, à apprendre à regarder le monde tel qu'il est et non tel qu'on vous demande de le voir.

I

PÉRIPLE EN TERRE DU POSSIBLE

Il s'appelle Kevin Ryerson, du moins pour l'instant. Il entre dans l'appartement de Shirley MacLaine, s'installe tranquillement sur un fauteuil et, sans faire plus de mondanités, ferme les yeux. Pas pour s'endormir, même si l'actrice atténue l'éclairage de son salon.

« Bon, je m'en vais ! On se revoit tout à l'heure », dit-il.

Pourtant, il ne bouge pas. Shirley met en marche un magnétophone à cassette. Toujours les yeux fermés, et après une profonde respiration, Kevin ouvre la bouche : « Hum... Je suis John. Salutations ! Veuillez vous identifier et préciser le but de votre réunion... »

Voilà maintenant que Kevin s'appelle John et a changé de voix... Sans coup férir, la très hollywoodienne actrice entame une curieuse conversation avec cet étrange personnage dont on se demande s'il plaisante ou s'il est sérieux. En tout cas, il parle... avec une autre voix. Répétition entre deux comédiens ? Non, c'est une vraie conversation qui prend une tournure bien sérieuse : « L'homme refuse d'accepter qu'il est en possession de la vérité depuis le commencement des temps, explique cette voix. Il refuse sa propre responsabilité. Avec Dieu, il est le cocréateur de l'Univers. » Ce n'est pas tout à fait ce que l'on nous a appris au catéchisme... mais John poursuit : « L'esprit est le reflet de l'âme. L'âme est le reflet de Dieu. L'âme et Dieu sont éternels et sont en chacun de nous. » Propos peut-être un peu plus standard, mais en tout cas plus faciles à accepter...

« Pause. Une autre entité désire parler... »

Une autre... entité ? ! Kevin Ryerson, toujours yeux fermés, entame un festival de mimiques dignes d'un concours international de grimaces.

« Ici McPherson. Tom McPherson. Comment ça va ? »

Une autre voix, complètement différente, avec un drôle d'accent et un...

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...