Aurore, Réflexions sur les préjugés moraux
Éditeur
République des Lettres
Date de publication
Collection
GF
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Fiches UNIMARC
S'identifier

Aurore

Réflexions sur les préjugés moraux

République des Lettres

Gf

Offres

  • AideEAN13 : 9782824905839
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    4.99

  • AideEAN13 : 9782081352056
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

  • AideEAN13 : 9782081352063
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

Autre version disponible

Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Friedrich Nietzsche. Sous-
titré " _Réflexions sur les préjugés moraux_ ", " _Aurore_ " compte 575
aphorismes répartis en cinq livres sur "la morale considérée comme préjugé".
Bien que ce livre marque le début de sa campagne contre la "moraline" —
commencée avec " _Humain, trop humain_ " et poursuivie avec " _Par-delà bien
et mal_ " et " _Généalogie de la morale_ " — on n'y rencontre aucune attaque,
aucune négation, aucune malignité. " _Aurore_ " est au contraire plein du
pressentiment d'une "transmutation de toutes les valeurs" qui enseignera aux
hommes à dire "Oui à la vie" en se débarassant du mensonge du moralisme. Bien
que méfiant envers les imposteurs moraux, Nietzsche n'entend cependant pas
nier la moralité et ne nie pas que des hommes agissent pour des "raisons
morales", mais il nie que l'hypothèse sur laquelle ils se fondent ait un
fondement réel. Pareillement, il nie l'immoralité. L'idée de "l'innocence du
devenir" s'impose au philosophe. Prônant la libération de la pensée, il
exprime ici ce que peut avoir d'ennuyeux la culture si on la conçoit sans
enthousiasme et en dehors de la vie. Nietzsche avertit d'ailleurs lui-même que
son ouvrage n'est pas fait pour être lu du commencement à la fin. Il faut au
contraire l'ouvrir souvent "puis regarder ailleurs et ne rien trouver
d'habituel autour de soi".

S'identifier pour envoyer des commentaires.