Camus et l'impossible Trêve civile/Correspondance avec Amar Ouzegane, Suivi d'une Correspondance avec Amar Ouzegane (1976)
EAN13
9782070148813
ISBN
978-2-07-014881-3
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Hors série Connaissance
Nombre de pages
336
Dimensions
21 x 20 x 2 cm
Poids
327 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Camus et l'impossible Trêve civile/Correspondance avec Amar Ouzegane

Suivi d'une Correspondance avec Amar Ouzegane (1976)

De

Autres contributions de , ,

Gallimard

Hors série Connaissance

Offres

Autre version disponible

Le 22 janvier 1956, venu à Alger à l'appel d'un petit groupe d'amis musulmans et européens, Albert Camus lance un «Appel pour une Trêve civile». Alors que déjà une guerre multiplie les victimes de toutes origines, il s'agit d'obtenir des forces en présence qu'elles s'engagent au moins à éviter de tuer des innocents. Tandis que l'extrême droite l'assiège aux cris de «À mort Camus ! Mendès au poteau !», la réunion reçoit le soutien des Églises comme de Ferhat Abbas. Amar Ouzegane est là, membre du comité de la Trêve civile mais aussi émissaire inavoué du FLN. Deux semaines après, Guy Mollet cède aux ultras de l'Algérie française. La voie est dès lors ouverte à la bataille d'Alger puis à la surenchère des violences. Vingt ans plus tard, Charles Poncet, le plus proche des amis algérois de Camus, entreprend le récit de ce qui fut en Algérie l'ultime moment de fraternisation de représentants des deux communautés. Resté inédit, ce document remarquable, qui relate aussi une forte histoire d'amitiés autour de Camus, est ici publié, mis en perspective par un ensemble d'informations et de commentaires ; il est aussi éclairé par la correspondance lucide que son auteur échange en 1976 avec Ouzegane sur les leçons à tirer, de part et d'autre, de cette initiative de la dernière chance. Passé quatre autres décennies et par-delà son échec immédiat, le choix d'humanité que portait l'«Appel» de 1956 résonne aujourd'hui avec une force intacte. Alors même qu'à la dérive meurtrière du fondamentalisme risque de répondre la tentation du refus de l'Autre ou une escalade sécuritaire, le seul combat n'est-il pas de conserver possible une vie commune où tous trouvent à s'exprimer librement dans le respect de chacun ?
Le 22 janvier 1956, venu à Alger à l'appel d'un petit groupe d'amis musulmans et européens, Albert Camus lance un «Appel pour une Trêve civile». Alors que déjà une guerre multiplie les victimes de toutes origines, il s'agit d'obtenir des forces en présence qu'elles s'engagent au moins à éviter de tuer des innocents...

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Christian Phéline
Plus d'informations sur Agnès Spiquel-Courdille