Le Marquis et le régent - Une conspiration bretonne à l'aube des Lumières
Éditeur
Tallandier
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
944
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Marquis et le régent - Une conspiration bretonne à l'aube des Lumières

Tallandier

Offres

  • AideEAN13 : 9791021009332
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    14.99

  • AideEAN13 : 9791021009073
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    14.99

Nantes, place du Bouffay, 26 mars 1720 : quatre gentilshommes bretons –MM. de Pontcallec, deMontlouis, du Couëdic et LeMoyne de Talhouët– sont convaincus par un tribunal d'exception du crime de lèse-majesté et félonie. Ils périssent le soir même sur l'échafaud, décapités à coups de doloire, la hache des tonneliers. Les condamnés, si l'on en croit les juges, ont tenté de soulever la Bretagne avec le concours de l'Espagne, afin de renverser l'autorité du régent Philippe d'Orléans, oncle du jeune Louis XV. Étrange procès, et étrange châtiment, dans le contexte de l' « aimable Régence » (1715-1723), réputée pour son ouverture, sa modération et son libéralisme. Étrange affaire, aussi, toute de chevauchées nocturnes, de déclarations séditieuses, de déguisements improbables et de plans chimériques. Au terme d'une enquête approfondie au sein des archives judiciaires (à Paris) et locales (à Nantes, à Rennes, à Vannes), Joël Cornette a reconstitué la conjuration de Pontcallec et fait revivre l'homme auquel son nom est attaché. Il restitue le cadre des événements : l'affrontement entre une monarchie autoritaire, décidée à fabriquer des sujets obéissants, et une Bretagne insoumise, attachée au maintien de ses privilèges et de ses libertés. Il en dégage le sens : une réponse, anachronique et utopique, au malaise qui présida, des siècles durant, aux rapports entre le pouvoir et la société, entre le centre de l'Etat royal et ses périphéries. Il redonne son véritable visage à Chrisogone-Clément de Guer, marquis de Pontcallec, chef d'un nom ancien et illustre, gentilhomme irascible, seigneur ruiné et jaloux de ses droits. Il s'attache enfin à la « seconde vie » de Pontcallec, héros de romans, de complaintes et de l'histoire militante, devenu un symbole d'insoumission et un martyr des libertés bretonnes. De cette survie du marquis décapité témoignent les nombreuses versions du chant consacré à sa mort, auquel une postface d'Eva Guillorel et un CD réalisé par l'association Dastum redonnent ici toute son actualité.

S'identifier pour envoyer des commentaires.