Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), destinées des députés et des sénateurs français, 1940-1945
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
L'Univers historique
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
944.081
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945)

destinées des députés et des sénateurs français, 1940-1945

Le Seuil

L'Univers historique

Offres

  • AideEAN13 : 9782021212464
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    17.99

  • AideEAN13 : 9782021219012
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    17.99

Autre version disponible

Au cours de la journée dramatique du 10 juillet 1940, députés et sénateurs, réunis au Grand Casino de Vichy, votent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Seulement quatre-vingts parlementaires les refusent. Qu'est devenu ce camp du refus ? Mais aussi que se sont devenus tous les autres qui, à une écrasante majorité, ont rendu possible l'institution vichyste ?
Grâce à des sources inédites – et principalement les dossiers du Jury d'honneur devant lequel ont comparu une grande partie des parlementaires qui avaient voté oui en 1940 -, l'auteur retrace les itinéraires et montre, contre les idées reçues, que tous les approbateurs de Pétain en 1940 n'ont pas adhéré à la Révolution nationale, pas plus que tous les hommes du refus ne se sont engagés dans la Résistance.
Les raisons d'agir sont souvent complexes, parfois ambivalentes. Véritable leçon de méthode historique, cet ouvrage tranche avec les approches manichéennes et une histographie abstraite, oublieuse des réalités composites, des contraintes existentielles et des motivations contradictoires. Il change en profondeur notre " vision " du 10 juillet 1940 et d'un personnel trop volontiers soupçonné de veulerie.

S'identifier pour envoyer des commentaires.