Nous les Allemands, Un peuple, au-delà des clichés
Éditeur
Saint-Simon
Date de publication
Nombre de pages
233
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Code dewey
306.094
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nous les Allemands

Un peuple, au-delà des clichés

Saint-Simon

Offres

  • Aide EAN13 : 9782915134841
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    15.99

**Que connaissons-nous des Allemands, de leur identité, de leur culture ? Peu
de choses...**

Cette question n’a jamais cessé de hanter les Allemands eux-mêmes. Depuis la
chute du Mur en 1989 et la réunification de 1990, l’Allemagne s’interroge sur
son passé, mais aussi sur son devenir : sur quelles bases reconstruire un pays
dont la population a été rigoureusement scindée pendant quatre décennies ?
Comment vivre en démocrates avec le souvenir de la Gestapo et de la Stasi ?
Comment assumer le passé pour vivre le futur ?

Matthias Matussek nous présente son pays à travers un parcours intimiste, des
héros et poètes fondateurs aux personnalités contemporaines (intellectuels,
artistes, people), en passant par le Berlin branché et les villes que
l’histoire a rendues fantômes.

Se dessine en mosaïque un pays jeune, entreprenant, en pleine mutation
politique et intellectuelle, profondément démocratique, qui ne renie en rien
ses fautes mais ne voit plus aucune raison de les porter comme des boulets.
L’auteur brosse un tableau féroce, drôle et polémique d’une Allemagne pleine
d’énergie et de couleurs, d’une Allemagne qu’on aurait de nouveau follement
envie d’aimer.

**Découvrez l'Allemagne sous un nouveau jour**

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

\- "On n’a sans doute jamais vu tourner à aussi haut régime, en Allemagne,
pareille combinaison de reportage et de grand comique. Un plaisir sans égal."
**(Alexander Gorkow, _Süddeutsche Zeitung_ ) **
\- "Heinrich Heine est le modèle de l’auteur, et sa proximité dans quelques
passages est l’une des beautés du livre. Mais il y a encore plus beau que cela
: le goût de Matussek pour la polémique et le politiquement incorrect."
**(Michael Naumann, _Die Zeit_ )**
\- "C’est un livre comme en aurait écrit aujourd’hui Heinrich Heine, le poète
de la Lorelei." **(Franz-Joseph Wagner, _Bild_ )**
**\- "** Son livre est un hymne plein d'impertinence au patriotisme allemand.
Une épopée où alternent un hommage au poète Heinrich Heine, des dialogues avec
une animatrice de MTV ou avec l'ancien ministre Klaus von Dohanyi, une analyse
de la réussite économique allemande ou une soirée dans le Berlin underground.
De ce puzzle émerge l'image d'une nouvelle génération. Qui peut dire, sans
rougir : "Nous, les Allemands." ( **Marion Van Renterghem, _Le Monde_ , 28
septembre 2007)
**
À PROPOS DE L'AUTEUR

**Matthias Matussek** est un Allemand heureux. Il ne sort jamais sans arborer
une superbe paire de bretelles et l'air espiègle qu'on lui connaît à
l'hebdomadaire _Der Spiegel_ , où il dirige les pages culturelles. Heureux
d'être allemand et fier de l'être, à 54 ans, il raconte dans un essai aux faux
airs de roman picaresque comment il fut difficile, pour lui et pour ses
compatriotes, d'en arriver là...

EXTRAIT

_Considérations liminaires sur les raisons pour lesquelles nous, les
Allemands, sommes des gens remarquables et pour lesquelles les Britanniques en
particulier devraient nous apprécier._

Au fond, cela fait quinze ans que j’écris ce livre. Depuis que les deux
Allemagne sont tombées dans les bras l’une de l’autre et se sont prises à la
gorge.
Il commence là où s’arrête mon dernier opus en date, « Palast-hotel – comment
l’unité s’est abattue sur les Allemands », un livre jailli comme un éclair du
cyclone provoqué par le changement de régime. Le présent ouvrage est
assurément plus serein, et il a de bonnes raisons de l’être. On y décrit
pourtant aussi le tourbillon des sentiments allemands. Il parle de nous et de
la fierté nationale. Drôle d’idée pour un homme qui a passé à l’étranger le
plus clair de ces quinze dernières années ? Pas forcément. Ce que Heine disait
de l’amour de la patrie me paraît lumineux : c’est quand le poète s’est
retrouvé loin de chez lui, à Paris, que la flamme de cet amour-là s’est
ranimée en lui.

S'identifier pour envoyer des commentaires.