Oeuvres / Malcolm de Chazal, Poèmes et apparadoxes
Éditeur
Léo Scheer
Date de publication
Séries
Oeuvres / Malcolm de Chazal
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
841.91
Fiches UNIMARC
S'identifier

Poèmes et apparadoxes

Léo Scheer

Offres

  • Aide EAN13 : 9782756107684
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    4.99

  • Aide EAN13 : 9782756107677
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    4.99

Autre version disponible

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Oeuvres / Malcolm de Chazal

Revenir en conscience dans le jardin d’extase. Renverser les dogmes de la
science et de la religion. Modifier nos perceptions sensibles par un dialogue
édénique entre les choses, de nature ou de manufacture. Tel est, pour Malcolm
de Chazal, le sens vital de la poésie. Qu’il s’agisse des fulgurants Poèmes,
carrefours de sensations et d’expériences, ou du petit manuel buissonnier de
L’Univers magique, ici la subversion suppose l’épure. Avec humour et
véhémence, Malcolm de Chazal dénonce les contraintes arbitraires d’une société
de robots. Méthode et illustration d’un seul geste, mais la révolution est à
l’intérieur : « L’homme qui n’accolerait À une image Aucune idée Connaîtrait
L’esprit pur. » Après une longue traversée dans l’exégèse biblique et les
mythes de la pierre, Malcolm de Chazal revient dès 1956, tel le fleuve Alphée,
à la source de son inspiration première : l’image. À cet égard, l’année 1958
marque une étape importante. Au moment où il écrit Apparadoxes – dont nous
présentons ici la première édition française –, celui que Jean Paulhan nomme «
l’homme des passages » devient peintre. Un peintre qu’on aurait tort
d’assimiler à l’Art naïf. Ainsi, l’emploi singulier du noir pur comme couleur
dans ses gouaches fait-il écho à la nature magique de la nuit, révélée par le
mouvement de l’ombre, et qui est le fondement de la métaphysique chazalienne.
Jusqu’à la fin de son existence, la peinture sera l’activité principale de
Malcolm de Chazal. Il ne publiera que quelques volumes de loin en loin, 182
Poèmes chez Jean-Jacques Pauvert en 1968 et un ultime recueil intitulé La
bouche ne s’endort jamais, en 1980, aux éditions Saint-Germain-des-Prés. Ces
textes restés longtemps introuvables appartiennent au même registre d’une
voluptueuse innocence rétablie par la vision, fruit paradoxal d’une vie
ascétique et libre. Édition complète des œuvres de Malcolm de Chazal Volume XV

S'identifier pour envoyer des commentaires.