Profils perdus
EAN13
9782715242579
ISBN
978-2-7152-4257-9
Éditeur
Mercure de France
Date de publication
Collection
Bleue
Nombre de pages
144
Dimensions
20 x 20 x 1 cm
Poids
229 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Tous les mercredis, au printemps de 1917, Guillaume Apollinaire vers six heures du soir, attendait ses amis, au café de Flore, voisin de son logis. Blaise Cendrars «s’amenait» (c’est le moins que l’on puisse dire) régulièrement. Je me souviens des visages de Max Jacob, de Raoul Dufy, de Carco, d’André Breton et de quelques fantômes dont il vaut mieux oublier les noms. Le café de Flore n’était pas à cette époque aussi célèbre que de nos jours. Remy de Gourmont y venait lire les journaux. Blaise Cendrars, le feutre en bataille, le mégot à la bouche ne paraissait pas tellement content. Philippe Soupault (1897-1990) a été au cœur des bouleversements littéraires et artistiques du début du XXᵉ siècle, acteur notamment du dadaïsme et du surréalisme. Lorsqu’il publie Profils perdus en 1963, il a 66 ans et éprouve le besoin de revenir sur le passé de son aventure humaine et littéraire. Flâner avec Apollinaire ou Crevel, rencontrer Proust à Cabourg, dialoguer avec Bernanos à Paris ou à Rio, voir Joyce chercher un mot et traduire avec lui des passages de Finnegans Wake, fréquenter le café de Flore… Philippe Soupault parle des figures littéraires majeures du XXᵉ siècle qu’il a connues de près ou de loin. Il peint avec admiration des hommes qui se sont consacrés à leur œuvre et célèbre des génies, comme le douanier Rousseau qui n’a pas connu la célébrité de son vivant.
Nouvelle édition en 2015

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Philippe Soupault