Sous le brassard vert, Douze journalistes dans la Grande Guerre
EAN13
9782363081049
ISBN
978-2-36308-104-9
Éditeur
Arléa
Date de publication
Collection
HISTOIRE
Nombre de pages
288
Dimensions
21 x 13 x 2 cm
Poids
338 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Sous le brassard vert

Douze journalistes dans la Grande Guerre

Arléa

Histoire

Offres

endant la Première Guerre mondiale, après beaucoup d’atermoiements, l’état-major de l’armée française organise un « service de presse », qui sous la direction de Marcel Prévot, est officiellement chargé, à côté du fameux « communiqué » de rendre compte des opérations militaires. Ces journalistes accrédités, qui portent l’uniforme d’officier de l’armée française assorti d’un brassard vert, sont cantonnés au château d’Offémont, à Tracy-le-Mont, dans l’Oise (demeure en son temps de la célèbre marquise empoisonneuse de Brinvilliers), d’où ils rayonneront dans toutes les zones de combat. Outre Marcel Prévost, académicien et journaliste, le plus célèbre d’entre eux est Albert Londres. Tous les « genres » sont concernés, selon la spécialité plus ou moins officielle des journalistes, des gaz de combat à l’aviation, en passant par les sports sur le front ou les opérations extérieures (Italie).

Liste des journalistes et de leur organe de presse : Gustave Babin, L’Illustration. Henry Bidou, Le Journal des Débats. Lieutenant d’Entraygues, Le Temps. Paul Ginisty, Le Petit Parisien. Édouard Helsey, Le Journal. Hubert-Jacques, Agence Havas. Albert Londres, Le Petit Journal. Marcel Nadaud, La Liberté. Georges Rozet, L’OEuvre. Eugène Tardieu, L’Écho de Paris. Émile Thomas, Le Petit Marseillais, La Petite Gironde. Henry Vidal, Le Matin.

Après la guerre, à l’initiative de Marcel Prévot, chaque journaliste rédigea un texte sur ses diverses expériences au front. En outre, Bernard Cahier, qui nous a proposé ce projet, explique la fameuse « affaire Albert Londres », qui valut au plus talentueux des journalistes d’être purement et simplement radié des membres du « Brassard vert ».

S'identifier pour envoyer des commentaires.