Le Cimetière des innocents, Victimes et bourreaux en Russie soviétique 1917-1989
EAN13
9782702136751
ISBN
978-2-7021-3675-1
Éditeur
Calmann-Lévy
Date de publication
Collection
DOCUMENTS, ACTU
Nombre de pages
286
Dimensions
23 x 15 x 2,4 cm
Poids
397 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
947.084
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Cimetière des innocents

Victimes et bourreaux en Russie soviétique 1917-1989

De

Calmann-Lévy

Documents, Actu

Offres

Au début des années 90, alors que l’empire s’écroule et qu’on croyait tout savoir sur la terreur soviétique, les archives les plus secrètes du régime, du Comité central, du KGB et de la Guépéou vont devenir accessibles pendant une courte période de temps et révéler une barbarie insoupçonnée.

Alexandre Yakovlev est alors un ancien responsable du régime chargé, sous Gorbatchev, de recenser et de réhabiliter les victimes du communisme dans son pays. De ces archives, il tirera cet inventaire méthodique et détaillé des crimes du système soviétique, de l’époque de Lénine jusqu’à la perestroïka. Il y dénonce la prédilection de Lénine pour les prises d’otages, considérées comme un moyen de consolider le système ; les mauvais traitements de près d’un demi-million de prisonniers de guerre, rentrés au pays après la guerre finno-soviétique ; les terrifiants échanges entre Staline et Romain Rolland sur la punition des enfants et des adolescents ; les nombreuses intrigues et dénonciations visant divers artistes et écrivains ; la persécution des compagnies théâtrales et des cinéastes dans les années 30 ; le sort réservé à la minorité coréenne ; les préparatifs de la déportation des Juifs à l’époque du « complot des blouses blanches », juste avant la mort de Staline…

Il revient sur les mesures de répression touchant les minorités ethniques ou nationales dirigées notamment contre les Ukrainiens, les Allemands de la Volga, les Tatars de Crimée, les Ingouches, et étudie – de façon particulièrement pertinente aujourd’hui – les mauvais traitements infligés dès les années 30 par les Soviétiques aux Tchétchènes.

Cet ouvrage n’a rien d’un compte rendu clinique et froid. Fondé à la fois sur l’expérience personnelle de l’auteur et sur l’accès privilégié qu’il a pu avoir à certaines sources, c’est un cri de révolte et de honte lancé au soir de sa vie par un homme brisé par ses découvertes.

S'identifier pour envoyer des commentaires.