Le Coup d'État du 2 décembre 1851
Éditeur
FeniXX réédition numérique (Aubier)
Date de publication
Collection
Floréal
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
944.07
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Coup d'État du 2 décembre 1851

FeniXX réédition numérique (Aubier)

Floréal

Offres

  • Aide EAN13 : 9782403010954
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    9.49

  • Aide EAN13 : 9782403000955
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    9.49

Le 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte réussit, sans coup férir, un coup
d'État. Les ouvriers regardent sans bouger le député Baudin mourir sur une
barricade. Victor Hugo part à Guernesey écrire Les châtiments. Sept millions
de Français applaudissent le prince-Président. Cela, c'est l'Histoire
officielle. Parfois, on évoque - discrètement - la guerre sociale qui, depuis
1848, opposait le parti de l'Ordre à ces nouveaux sauvages, ces Rouges qu'il
fallait abattre à tout prix, quitte à faire envahir la France par les
cosaques, comme le suggérait Morny, le demi-frère de Louis-Napoléon. Parfois,
l'on démonte - encore plus discrètement - les mécanismes de ce coup d'État :
un modèle du genre, préparé et réussi comme un mauvais coup de grand style.
Mais, jamais, on ne raconte la révolte de la province, qui se dresse contre
l'Empire à venir aux cris de Vive la Sociale dans tout le Sud de la France.
Une jacquerie ? Non. Une véritable révolution. Et tandis qu'à Paris,
l'archevêque chante le Te Deum à Notre-Dame devant le futur Napoléon III, ses
généraux et sa cour de banquiers, en Provence flotte toujours le drapeau
rouge...

S'identifier pour envoyer des commentaires.