Les Deux modèles de la religion
Éditeur
FeniXX réédition numérique
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
200.1
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Deux modèles de la religion

FeniXX réédition numérique

Offres

  • Aide EAN13 : 9782402384841
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    6.49

  • Aide EAN13 : 9782402051514
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    6.49

À considérer la religion dans le cadre de la cité antique puis en ses formes
ultérieures, deux orientations se proposent, de souligner la continuité –
progrès, approfondissement ou déperdition d’authenticité – ou de marquer
l’opposition. Le malaise qui hypothèque la « philosophie de la religion » ou
les « sciences religieuses » pour définir leur objet tient, pour une large
part, à la disparité entre ces deux modèles de la religion qui ni ne
concourent ni ne se contredisent. L’hypothèse ici avancée est que, en retrait
sur l’histoire, une « Forme » devrait se dessiner, ni factuelle, ni idéelle,
si l’on interrogeait le basculement de l’une à l’autre. Le relief est comme la
« Forme » qui résoud la difficulté de la comparaison des images de la vision
binoculaire ! Avec quel « relief » la religion apparaîtrait-elle si elle était
déchiffrée à partir d’une telle « Forme » invariante : ni perpétuité des «
catégories de l’Esprit humain », ni immuabilité de la « condition humaine » ?
Des indications sur cette « Forme » se transmirent-elles au fin fond des
ghettos et des mellahs ? Chacun choisira d’en admettre ou d’en exclure
l’hypothèse cependant que l’expérience – qui induisit cette étude – attesta
que l’obstacle à cette transmission à des milieux variés, des plus aux moins
traditionnels, n’était autre que les idées préconçues que l’on nourrit sur la
religion. Idées préconçues également sur la signification d’un fait juif qui
se réclame d’une continuité de plus de trois millénaires tant dans le cadre de
la cité antique que dans l’ère ultérieure. Qu’en est-il de sa coexistence avec
les autres modalités du fait anthropique ? Comment envisager que, suite à des
coexistences empreintes d’un extrême déplaisir – ou de bienveillance
indifférenciée – des coexistences d’extrême jubilation s’instaurent ? L’enjeu
du raccord entre les deux modèles est notre filiation, est notre ancrage dans
les antiques certitudes. Pourquoi notre aventure bimillénaire n’est-elle pas
uniquement l’embardée du bateau ivre ?

S'identifier pour envoyer des commentaires.