Sur la balance de Job, Pérégrinations à travers les âmes
EAN13
9782358730976
ISBN
978-2-35873-097-6
Éditeur
Bruit du temps
Date de publication
Nombre de pages
608
Dimensions
20,4 x 13,7 x 3,5 cm
Poids
600 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Sur la balance de Job

Pérégrinations à travers les âmes

De

Traduit par

Édité par

Bruit du temps

Offres

Sur la balance de Job regroupe, sous le signe de Job et de sa douleur « plus lourde que le sable de la mer », certaines des plus belles pages du philosophe russe. Le volume s’ouvre sur une préface intitulée « La science et le libre examen » et se divise en trois parties. La première, « Les révélations de la mort », rassemble deux conférences sur Dostoïevski et Tolstoï ; la partie centrale, « Audaces et soumission », est composée, à la manière de Nietzsche, de 52 aphorismes qui reprennent et varient inlassablement le leitmotiv de la pensée de Chestov, le refus de soumettre la vie aux exigences de la raison ; la troisième partie, « À propos de la philosophie de l’histoire », réunit « Les favoris et les déshérités de l’histoire » consacré à Spinoza et Descartes, « La nuit de Gethsémani » – très beau livre sur Blaise Pascal précédemment paru dans « Les Cahiers verts » de Daniel Halévy – et un article sur Plotin.
Sur la balance de Job marque un tournant dans l’œuvre du philosophe. Au penseur brillant, ironique, destructeur de la première période, puis à celui qui, dès 1910, avait engagé une réflexion poussée sur les fondements de notre philosophie, s’allie maintenant un Chestov, pourtant présent dès le début, qui sait pourquoi il faut lutter : afin de permettre aux hommes de retrouver quelque chose qui touche le sens même de leur destinée. Ce quelque chose, c’est la « balance de Job », une pensée qui n’oublie pas les douleurs humaines même si elles sont plus lourdes que le sable de la mer, une pensée autre susceptible de se lever dans le sillage d’événements et qui permet à l’homme en tant qu’être unique de retrouver ses vrais droits.

S'identifier pour envoyer des commentaires.