Marie de Médicis, la reine dévoilée
EAN13
9782228903936
ISBN
978-2-228-90393-6
Éditeur
Payot
Date de publication
Collection
Biographie
Nombre de pages
1040
Dimensions
22 x 14 x 5 cm
Poids
1177 g
Langue
français
Code dewey
944.032
Fiches UNIMARC
S'identifier

Marie de Médicis

la reine dévoilée

De

Payot

Biographie

Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander

Pauvre Marie de Médicis (1573-1642) ! Accusée par Sully, vilipendée par Michelet, la reine ne trouve même pas grâce auprès des historiens récents qui, non contents de souligner sa lourdeur physique, son mauvais caractère et sa stupidité, lui dénient en plus toute intelligence politique. Pire, ils l'accusent d'avoir bien failli, par son hispanophilie, empêcher la marche triomphale de la France vers le règne glorieux de Louis XIV.
Que retenir en effet de Marie, sinon que cette «grosse banquière» florentine arriva presque par accident sur le trône de France (1600), qu'elle accumula les erreurs, qu'on la suspecta d'être impliquée dans l'assassinat de son époux Henri IV, que sa régence (1610-1617) se réduisit à une gabegie frénétique, sous la houlette d'aventuriers italiens sans foi ni loi, Concini et Léonora Galigaï, conduisant le royaume au bord de l'abîme, et qu'au bout de longues années (1617-1631) d'intrigues et de complots contre son propre fils, le roi Louis XIII, elle finit heureusement par être éliminée de la scène grâce à l'action persévérante d'un Richelieu qu'elle avait pourtant réussi à faire nommer chef du Conseil du roi ?
S'appuyant sur une lecture attentive de sources parfois inédites - actes notariés, correspondance et registres comptables de la Maison de la reine -, Jean-François Dubost s'inscrit à contre-courant de cette historiographie négative et volontiers xénophobe, qu'il accuse de n'envisager l'action de la reine qu'à la lumière de l'échec de la journée des Dupes et de la construction du Grand Siècle. Au-delà du rôle de mécène volontiers concédé à Marie - on lui doit la place des Vosges, le cycle de Rubens au palais du Luxembourg, l'introduction en France de la commedia dell'arte -, il insiste sur ses capacités d'innovation et la stratégie qu'elle a mise en œuvre pour détourner à son profit la légitimité monarchique qui, en tant que femme, lui manquait, et sur le rôle de chef de parti des catholiques qu'elle a dû assumer et qui a pesé sur sa liberté d'action.
Un livre somme, à la frontière entre histoire politique, histoire du genre et des représentations, qui marque l'aboutissement de dix ans de recherches sur Marie et bouscule bon nombre d'idées reçues.
Professeur d'histoire moderne à l'université de Paris 12-Val de Marne et spécialiste de la Renaissance, Jean-François Dubost s'est fait remarquer par deux livres provocateurs sur le rôle des étrangers dans la construction de la France aux XVIe et XVIIe siècles : La France italienne : XVIe-XVIIe s., Aubier, 1997; Et si on faisait payer les étrangers ? Louis XIV, les immigrés et quelques autres, Flammarion, 1999.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean-François Dubost