La Part inconstructible de la Terre. Critique du géo-constructivisme, Critique du géo-constructivisme
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
Anthropocène
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Part inconstructible de la Terre. Critique du géo-constructivisme

Critique du géo-constructivisme

Le Seuil

Anthropocène

Offres

  • AideEAN13 : 9782021296501
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    13.99

La conquête de l'espace est terminée ? Non, une nouvelle planète est apparue : la Terre. Ce livre nous fait entrer dans le monde inquiétant des apprentis-sorciers et des puissants businessmen qui rêvent d'une Terre post-naturelle qu'on pourrait reconstruire et piloter grâce aux prouesses d'une ingénierie absolue.
Frédéric Neyrat nous conduit au cœur de la pensée constructiviste qui domine aujourd'hui les sciences humaines et sociales, de Philippe Descola à Bruno Latour. Ce courant a abattu la césure nature-culture pour la remplacer par une nature hybride, toujours anthropisée et intégrée dans les réseaux technico-financiers. Et si, en déniant toute altérité à la nature, cette approche n'était que le prêt-à-penser du projet géo-constructiviste d'une Terre 2.0 ? Réinterrogeant le rapport nature-culture, et critiquant le mythe fusionnel de toute-puissance technologique, l'auteur propose alors une nouvelle philosophie de la nature et de la Terre : une écologie de la séparation, en prenant acte de ce qui n'est pas constructible dans la nature et en reconnaissant la Terre dans sa singularité.
Frédéric Neyrat, philosophe, est professeur dans le département de Littérature comparée de l'université de Wisconsin-Madison. Spécialiste de la pensée contemporaine, ayant enseigné plusieurs années les études environnementales, il est l'auteur de Biopolitique des catastrophes (2008), Le Communisme existentiel de Jean-Luc Nancy (2013), et Homo Labyrinthus (2015).

S'identifier pour envoyer des commentaires.