Lutèce, Lettres sur la vie politique, artistique et sociale de la France
Éditeur
La fabrique éditions
Date de publication
Langue
français
Code dewey
838.709
Fiches UNIMARC
S'identifier

Lutèce

Lettres sur la vie politique, artistique et sociale de la France

La fabrique éditions

Offres

  • Aide EAN13 : 9782358721332
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    9.99

Autre version disponible

Poète, conteur, romancier, essayiste, Henri Heine (1797-1856) fut aussi l’un
des journalistes les plus percutants du premier XIXe siècle. Allemand de
naissance et Français d’adoption, aristocrate par goût et démocrate par
principe, romantique et voltairien, libéral et monarchiste, Heine réunit en
lui tous les contrastes, à l’image de son temps sur lequel il pose un regard
critique et désenchanté.

Lutèce, publié en Allemagne en 1854 et en France l’année suivante, rassemble
une sélection des 82 articles envoyés à La Gazette d’Augsbourg de 1840 à 1844,
ils brossent un tableau vivant de Paris, capitale culturelle de l’Europe où
l’auteur passa près de la moitié de sa vie. Ami des artistes les plus
célèbres, familier des salles de concerts, des théâtres et des Salons de
peinture, le critique d’art à la plume acérée se double d’un observateur avisé
de la vie politique et sociale de la France et plus largement de l’Europe des
années 1840.
Médiateur intellectuel entre Français et Allemands, Heine porte un regard
distancié sur une époque riche en bouleversements, entre avènement du
capitalisme et montée des nationalismes, tensions sociales et menaces de
conflits européens. Quand la France de la monarchie de Juillet semble
s’enliser dans le conservatisme, Heine met l’accent sur l’effervescence
républicaine et la question sociale. Il refuse de croire que l’ère des
révolutions est terminée, en France comme en en Europe. Chantre de
l’émancipation de l’humanité, il en appelle à l’insurrection autant qu’il la
redoute et ses chroniques permettent de comprendre l’émergence du « Printemps
des peuples » en 1848.

S'identifier pour envoyer des commentaires.