• © Hélie Gallimard

Philippe Le Guillou

Biographie

Philippe Le Guillou est né en 1959. Il est inspecteur général de l'Éducation nationale. Il a reçu le Prix Méditerranée en 1990 pour La rumeur du soleil, le Prix Trévarez pour Le passage de l'Aulne, le Prix Médicis en 1997 pour Les sept noms du peintre, le Prix des Ecrivains croyants en 2013 pour Le pont des anges. Il a publié notamment Livres des guerriers d’or, Stèles à De Gaulle suivi de Je regarde passer les chimères, Le déjeuner des bords de Loire, Les marées du Faou, La consolation, Fleurs de tempête, Le dernier veilleur de Bretagne, Le bateau brume, L’intimité de la rivière , Le pont des anges, Le chemin des livres et Les années insulaires.

Contributions de Philippe Le Guillou

Voir tout (96)

Philippe Le Guillou nous parle de son livre "La Route de la mer" (éditions Gallimard), dans l'émission Dialogues littéraires, réalisation : Ronan Loup. Interview par Élise Le Fourn

© Librairie Dialogues

Philippe Le Guillou nous parle de son livre Guénolé ou le silence de l'Aulne (éditions Dialogues) dans l'émission Dialogues littéraires, réalisation : Ronan Loup.


Entretien avec Philippe Le Guillou

Philippe Le Guillou entame une série de livres sur la vie des saintes et des saints, et commence avec le récit de la vie de saint Guénolé, fondateur de l'abbaye de Landévennec dans le Finistère.

Qu’est-ce qui est venu exiger l’écriture de ce livre ?

J'ai commencé ce livre un matin d'octobre 2009, rien ne m'annonçait que j'allais commencer ce fragment d'une Légende dorée celtique. Ce fut comme un surgissement mystérieux. Je me mets souvent à écrire sans savoir où je vais. Ce fut pour cette vie de saint comme pour mes romans.

Dans ce livre, vous évoquez un paysage qui vous est cher, l’Aulne, ses rives, ses terres. Était-ce important pour vous de débuter cette série de livres sur la vie des saints par saint Guénolé en particulier ?

Je ne pouvais commencer ce cycle qu'avec un saint breton. Ce paysage de l'Aulne est fondamental pour moi, et fondateur pour mon œuvre. J'ai grandi dans l'admiration de ces lieux, de ces rivières remontées par les marées. Il y a là un calme, une majesté qui ne cessent de m'inspirer.
Le compagnonnage de ces rives, de ces grèves et de ces bois, ne me quitte jamais.

Quelle place tient saint Guénolé dans votre vie spirituelle ?

Il ne tient pas une place essentielle. Je me sens bien plus proche d'un Philippe de Néri, mon saint patron. Mais Guénolé me relie à l'abbaye de Landévennec à laquelle je suis très attaché. Guénolé est comme une figure mystérieuse et miraculeuse très liée à mon enfance finistérienne et faouiste.

L’abbaye de Landévennec, celle d’hier, celle d’aujourd’hui, que représentent pour vous ces lieux de culte ?

Un lieu que je visite régulièrement depuis l'enfance. Tout m'y fascine: la beauté exceptionnelle du site, la proximité de l'Aulne, l'architecture de l'abbatiale des années 1950, les pierres ocre de Logonna, et le Mystère plus présent qu'ailleurs. Comment ne pas être saisi non plus par le choix des hommes qui sont entrés là pour prier, méditer, chanter, veiller?

Vous décrivez toute l’organisation pour la construction du monastère. Les deux soutiens de Guénolé, Renan et Riou. Le combat du saint contre la cité d’Ys, lieu de perdition. Quelles ont été vos références, vos lectures ?

J'ai un peu lu. J'ai surtout beaucoup inventé, je me suis laissé porter par la pente de la rêverie. On est dans une légende, il y a des mythes, des miracles. Comme tous ces saints, Guénolé est une figure insaisissable. Il a tout pour inspirer un écrivain d'aujourd'hui. En aucun cas je ne fais œuvre d’historien surtout avec un matériau aussi mouvant, aux contours aussi flous.

Est-on constamment dans le récit biographique de saint Guénolé ? À quel moment est-ce Philippe Le Guillou que l’on découvre ?

Je ne saurais dire. Le passage par l'ermitage de Lavret, l'épisode du premier miracle quand il rend la vue à sa sœur, la fondation de Tibidy puis de Landévennec appartiennent à la vie de Guénolé, pas à la mienne. La rêverie autour de la ville d'Ys brasse beaucoup de mes images essentielles, la cité qui défie les vagues, les nuits de luxure, puis les flots qui recouvrent tout. Enfant, je songeais déjà à la ville d'Ys au pied de la verrière centrale de Rumengol. Rumengol où, dans le calme d’un matin d'automne, j'ai même écrit un chapitre de ce livre...


5 questions posées à Philippe Le Guillou qui nous parle de son livre Les années insulaires paru aux éditions Gallimard.
Réalisation : Ronan Loup.


5 questions posées à Philippe Le Guillou qui nous parle de son livre "Géographies de la mémoire" paru aux éditions Gallimard.
Questions posées par Laurence Bellon.
Réalisation : Ronan Loup.

Philippe Le Guillou nous parle du livre "Le pont des anges" (éditions Gallimard) dans l'émission Dialogues littéraires (Tébéo), réalisation : Ronan Loup.


Version longue de la rencontre avec l'écrivain Philippe Le Guillou, qui a eu lieu le 20 avril 2011 à la librairie dialogues à Brest, à l'occasion de la parution du livre "L'intimité de la rivière" (éditions Gallimard).


Version courte de la rencontre avec l'écrivain Philippe Le Guillou, qui a eu lieu le 20 avril 2011 à la librairie dialogues à Brest, à l'occasion de la parution du livre L'intimité de la rivière (éditions Gallimard).


5 questions posées à Philippe Le Guillou, à l'occasion de la parution de son roman "Le bateau brume" (Gallimard).


Rencontre avec Philippe Le Guillou, à la librairie Dialogues, à Brest, le 5 mars 2010 à l'occasion de la parution de son roman "Le bateau brume" (Gallimard).