Nina C.

  • 1
  • 2
5 février 2010

Un trésor !!!

On ne raconte pas Edward Gorey. L'histoire et les illustrations sont géniales et l'éditeur a vraiment fait un travail extraordinaire !

5 février 2010

Un voyage au Japon

Le Japon, un rêve... C'est une vision du Japon très réaliste, très sincère qui ne fait pas dans le cliché. De toute façon, le Japon n'est que le décor et cela ne gâche rien, bien au contraire.

C'est un récit de voyage sans en être un. Partir sillonner l'île de Shikoku en plein hiver peut paraître complètement fou mais cela invite à percevoir le monde différemment, à comprendre certaines valeurs de ce morceau de terre à l'autre bout du monde. On voyage en même temps dans les souvenirs de l'auteur/narrateur : Irlande, Ecosse, Finlande, etc.

Un texte très beau, fluide à la lecture, porté par un style impeccable.

roman

Mercure de France

22,10
5 février 2010

J'ai ressenti la même chose qu'Artsouilleurs. La quatrième m'avait vraiment emballée et finalement je n'ai pas complètement retrouvé ce que je cherchais tout en découvrant d'autres choses. Un bon texte, un style intéressant mais une histoire que j'ai trouvée longue à se lancer. En revanche, j'ai pris un très grand plaisir à redécouvrir des endroits connus de Berlin. Pas déçue. Mais quatrième trompeuse selon moi...

Dans le genre instants de vie j'ai préféré Spéracurel d'Anna Dubosc ou Pardon de Gail Jones

5 février 2010

Que dire ?

Sepulveda est un magicien. Chacun de ses livres me transporte. Je me voyais chilienne, ayant vécu le coup d'État de Pinochet, les sévices, parlant avec ces trois petits vieux, leur racontant mon exil. Et pourtant non, j'ai 24 ans et je n'ai jamais été au Chili... Le sujet est multiple, le décor est magistralement exposé, les rebondissements sont extraordinaires, les personnages spectaculaires. J'espère pouvoir lui faire dédicacer mon exemplaire au Salon du Livre !

Anna Dubosc

Rue des Promenades

5 février 2010

Que du bonheur !

Très très très belle lecture, Spéracurel que dis-je !
J'avais un peu peur de lire un roman de plus de 100 pages sur ordinateur et là je n'ai pas vu le temps passer. Les chapitres défilent et on ne peut/veut pas s'arrêter.
Chaque chapitre raconte un instant de la vie de l'auteur/narratrice (elles ont le même prénom), des scènes qu'on pourrait penser banales mais qui finissent toujours de façon originale. Lien mère-fille, femme-hommes, etc.
Le style m'a enivrée, il est percutant, poétique, il y a une vraie ambiance, une certaine frustration de ne pas avoir encore 200p. à lire !
Une très belle découverte (à un prix mini) !!!

  • 1
  • 2