Alex-Mot-à-Mots

http://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

Une enquête du capitaine Anato en Amazonie française, Une enquête du capitaine Anato en Amazonie française - les hamacs de carton
19 juillet 2017

policier, Guyane

Premier roman de l’auteur publié il y a quelques années, je le découvre en format poche.

L’auteur situe son action en Guyane, à la fois sur les bords du fleuve Maroni et dans la capitale.

Plusieurs enquêtes pour homicides se déroulent en même temps, mais elles ont toutes un point commun.

J’ai aimé découvrir certains "us et coutumes" des tribus du fleuve, notamment celles autour de la mort et des cérémonies de deuil.

J’ai aimé découvrir les Noirs-marrons ; les liens avec le Suriname tout proche ; la culture en abattis-brûlis.

Un roman dense et touffu, à l’image de la forêt guyanaise.

L’image que je retiendrai :

Celle qui donne le titre au roman : "les hamacs de carton".

http://alexmotamots.fr/les-hamacs-de-carton-colin-niel/

Article 353 du Code Pénal
19 juillet 2017

justice, vie moderne

Qui croit encore que la justice règle tous les problèmes de façon impartiale ? Pas moi, en tout cas. Jusqu’à ce que je lise ce roman qui, au départ, ne me tentait pas plus que ça, rapport au code pénal.

Et puis il a croisé ma route, alors je me suis lancée dans sa lecture. Une lecture exigeante, car le personnage parle : les phrases sont longues, la chronologie aléatoire. Au lecteur de faire des ponts, rapprocher les événements et découvrir un personnage principal à qui la vie n’a pas fait de cadeau.

Pourtant, jamais il ne désespère. On suit ses réflexions, c’est un homme qui ne parle pas beaucoup mais observe et déduit. Et agit, finalement.

J’ai tout de même un doute sur la fin du roman par rapport à ce fameux article : oui, il invoque le doute raisonnable, mais pour les juges et jurés de court d’assise, pas avec le juge d’instruction, je me trompe ?

Un auteur que j’apprécie toujours autant.

L’image que je retiendrai :

Celle du fils du personnage principal défaisant tous les amarres des bateaux de plaisance de la rade.

http://alexmotamots.fr/article-353-du-code-penal-tanguy-viel/

La tresse, Premier roman

Premier roman

Grasset

18,00
19 juillet 2017

vie moderne

Au début de ma lecture, j’ai cru que les trois histoires se déroulaient à des époques différentes. Mais non.

Ce roman nous parle de trois femmes sur trois continents. Des femmes que tout semble opposer, mais qui seront reliées par un fil de vie.

Un très beau roman, très féministe, qui montre les luttes incessantes pour rester digne et maîtresse de son destin. Trois femmes fortes et puissantes chacune à leur manière.

Un roman qui m’a ému.

L‘image que je retiendrai :

Celle de Smita obligée de tout payer, même quelques roupies, alors qu’elle a si peu d’argent.

http://alexmotamots.fr/la-tresse-laetitia-colombani/

La Fille du train
19 juillet 2017

Angleterre, thriller

Je comprends maintenant l’engouement qu’à suscité ce roman à sa sortie : c’est un excellent "tuniraspastecoucher".

Un personnage principal (la fille du train) en prise avec son addiction à l’alcool ; son ancien mari qui n’arrive pas à lui faire rompre le lien ; une jeune femme disparue mystérieusement ; un psy un peu louche ; un mari abandonné suspect ; des policiers pas très coopératifs. Une belle galerie de personnages tous plus suspect les uns que les autres.

Le style n’est jamais verbeux, et les pages défilent et vous attirent à la recherche du coupable.

L’auteure prend plaisir à brouiller les pistes et à nous faire suspecter tout le monde tour à tour, jusqu’à la révélation finale.

Je ne manquerai pas de lire le roman suivant de l’auteure qui vient de sortir, en espérant qu’il soit tout aussi bon.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’intérieur des maisons anglaises toutes identiques.

http://alexmotamots.fr/la-fille-du-train-paula-hawkins/

Géopolitique du moustique, Petit précis de mondialisation IV

Petit précis de mondialisation IV

Fayard

19,00
19 juillet 2017

essai

Le titre exact est : Petit précis de mondialisation Tome 4 : géopolitique du moustique. Je n’ai pas lu les 3 premiers petits précis, mais cela n’a pas d’importance.

L’académicien s’intéresse à la mondialisation des épidémies dues aux moustiques, car il existe plusieurs familles de moustiques. Seules les femelles nous piquent, ça je le savais, mais l’auteur explique comment elles transmettent virus et bactéries.

En voyageant à travers le monde, de la Guyane en Chine en passant par l’Afrique, Erik Orsenna rencontrent les chercheurs spécialisés et passionnés qui travaillent sur le sujet.

Un essai passionnant, abordable et pas verbeux pour un sou qui expose quelques solutions pour prévenir les piqûres. Mais l’auteur n’oublie pas que le moustique est un élément de la biodiversité qui a sa place dans la chaîne alimentaire : l’éradiquer n’est pas possible ni souhaitable.

L’image que je retiendrai :

Celle des captureurs de moustiques, chargés de récolter les petits bêtes pour les scientifiques. Un métier à risque.

http://alexmotamots.fr/geopolitique-du-moustique-erik-orsenna/