Marion V.

Le modèle américain d'Hitler - Comment les lois raciales américaines inspirèrent les nazis, Comment les lois raciales américaines inspirèrent les nazis

Comment les lois raciales américaines inspirèrent les nazis

Armand Colin

22,90
par (Libraire)
8 juin 2018

Quand les nazis s'inspiraient des États-Unis

C’est à la lecture d’une phrase de Mein Kampf où Hitler louait l’Amérique que l’auteur, juriste de formation, décide de creuser un peu plus la question de la similitude entre les lois antisémites de Nuremberg et les lois ségrégationnistes américaines, dites lois « Jim Crow ».
Le parallèle avait déjà était fait mais démontre surtout qu’il n’y avait pas vraiment de ressemblances et pour cause, comment comparer une démocratie comme les États-Unis, grand vainqueur de la guerre, et cette dictature défaite et abominable que le IIIe Reich !
C’est pourtant ce que parvient à faire très brillamment l’auteur en revenant aux prémices de ces lois et en étudiant qui avait pu influencer les nazis. À travers des transcriptions de réunions ou entretiens entre nazis et américains, il évoque les aspirations assez similaires du IIIe Reich qui désire un empire peuplé uniquement d’aryens et des États-Unis, anciennement esclavagistes, qui instituent des lois pour catégoriser ses habitants, les citoyens blancs et les autres (noirs, chinois, philippins, portoricains…) . Sans compter que les nazis des premiers temps ne sont pas encore les fanatiques de la conférence de Wansee mais des personnes plus ou moins fréquentables et instruites qui observent le monde à la recherche d’influences.
Un essai accessible et étonnant sur un sujet peu ou mal exploité jusque là et qui permet un éclairage nouveau sur une question toujours d’actualité aux États-Unis.

Dehors les enfants !
par (Libraire)
5 juin 2018

Cabane et balle au prisonnier vs tablette et télévision

Forte de son expérience d’ergothérapeute et de pédiatre, constatant les séquelles laissées par une vie trop sédentaire et directive, Angela J. Hanscom démontre l’importance du jeu à l’extérieur dans le développement de l’enfant.

Dans cet ouvrage fourmillant d’idées et d’observations, l'auteur enjoint les parents à laisser leurs enfants dehors sans directives ou obligations de quelconques résultats, à expérimenter, se salir, flâner et se débrouiller seuls. L’enfant va alors accroître sa motricité mais aussi sa sociabilité en interagissant ou coopérant avec les autres enfants ainsi que son imaginaire et son autonomie.

Une bonne piqûre de rappel qui peut très vite devenir une philosophie de vie.

La note américaine
22,00
par (Libraire)
17 mai 2018

À travers la famille de Mollie Burkhart, David Grann revient sur un épisode peu connu de l’Histoire américaine : le Règne de la terreur, à la fin des années 20.
En l’espace de quelques années, Mollie, jeune indienne Osage riche à millions grâce au pétrole enfoui sous ses terres dans la réserve de Gray Horse, voit les membres de sa famille mourir les uns après les autres. Une de ses sœurs est assassinée d’une balle à bout portant, l’autre meurt dans l’explosion de sa maison, plusieurs de ses connaissances décèdent de façon prématurée. Une enquête diligentée par la police locale se heurte au racisme et à la corruption des représentants de la loi et piétine durant quelques années.
Mais c’est sans compter le jeune Edgar J. Hoover nouveau directeur du BOI ; futur FBI ; qui met en place un arsenal d’hommes, de moyens et de méthodes nouvelles pour élucider ces crimes et créer ainsi un formidable tremplin à son ambition dévorante.
Plongez dans cette fascinante enquête de David Grann comme vous plongeriez dans un excellent roman policier.

L'héritier du nom
par (Libraire)
22 mars 2018

« L’héritier du nom » évoque l’histoire de la famille Munninghoff sur 3 générations. On y croise tout d’abord le patriarche, Joan, qui quitte ses Pays-Bas natals pour faire fortune en Lettonie, puis son fils Franz qui par haine de ses origines et son amour des états baltes s’engage volontairement dans la division Viking. Mais on rencontre également toute une kyrielle de personnages hauts en couleur qu’Alexander, le petit fils, a croisé au fil de son enquête sur son exceptionnelle famille. On suit avec plaisir cette famille, de l’opulence lettone à la fuite aux Pays Bas, où elle s’installe pour de bon et prospère pendant et après la guerre malgré les choix parfois tranchants et radicaux de certains de ses membres.

La saga des vikings / une autre histoire des invasions
par (Libraire)
22 mars 2018

Et si les Vikings s’étaient installés durablement en Gascogne ?
Le postulat vient de Joël Supéry, un passionné d’Histoire mais non universitaire, qui au fil des décennies a compulsé un grand nombre de sources sur le sujet. Bien loin des chemins habituellement empruntés par les historiens français spécialistes de la période, il va fouiller les archives peu ou pas exploitées et surtout étudier de près la toponymie de sa région natale.
De ce travail digne d’un historien de métier, va émerger une théorie originale et étayée concernant l’intérêt que portent les Vikings à la Gascogne.
On se laisse séduire par cette idée au vu des preuves que l’auteur nous présente et, après tout, l’Histoire c’est aussi formuler des hypothèses et tenter de les valider ou pas !