CLAUDIALUCIA

Biographie

Depuis mon apprentissage de la lecture, les livres ont toujours tenu dans ma vie une place immense. J'ai ouvert ce blog intitulé Ma librairie pour garder le souvenir de toutes ces lectures, des émotions ressenties, des récits, des mots et des phrases qui m'ont marquée.
Le titre de mon blog est un hommage à Michel de Montaigne qui aimait à se retirer dans sa librairie (au XVIème siècle le mot a le sens de bibliothèque), au milieu de ses livres.
La librairie de Montaigne était située au troisième étage d’une tour de son château qui figure dans mon logo. Là, il lisait, méditait, écrivait. Là, il rédigea Les Essais.
Pour moi, comme pour lui, les livres : “C’est la meilleure des munitions que j’aie trouvée en cet humain voyage”.

Les harmoniques de Marcus Malte

  • claudialucia
    Les harmoniques de Marcus Malte

    Dès le premier chapitre de son roman Les harmoniques, j'ai été happée par le style de Marcus Malte, la vivacité, le naturel, l'originalité et l'intelligence du dialogue. Il faut dire que la conversation un peu surréaliste entre Mister et son copain Bob lors d'une évasion en taxi pour aller voir la mer est un véritable feu d'artifice. Mister, le noir d'origine malienne est un  jeune pianiste. Bob, le blanc, vieux chauffeur de taxi en déroute (je veux dire en train de rendre l'âme.. le taxi pas Bob!) est professeur de philo démissionnaire. Tous deux sont réunis par un même amour du jazz.*  

Un pays plus vaste que la terre de Wiley Cash

  • claudialucia
    Un pays plus vaste que la terre de Wiley Cash

    Wiley Cash, avec son premier roman "Un pays plus vaste que la terre", réalise un coup de maître! Tout est réussi, le style, la construction savante et maîtrisée, la psychologie des personnages et la faculté de faire revivre une époque, une région tout en rendant compte des mentalités de la population.

Un très bon roman!

  • claudialucia
    Un très bon roman!

    Femmes et filles d'Elizabeth Gaskell est le deuxième roman que je lis de cette écrivaine après Nord et Sud dont j'avais déjà apprécié l'analyse psychologique et sociale. Comme le titre l'indique, le livre offre une galerie de portraits de femmes et de filles qui révèle de la part de l'auteur une finesse de plume, une acuité du regard et une vive intelligence dans la peinture de la société victorienne d'une petite ville de la province anglaise. Elizabeth Gaskell refuse tout manichéisme et sait peindre d'un trait précis et pourtant subtil toutes les nuances de l'âme humaine.

Ernest Capendu Marcof le Malouin

  • claudialucia
    Ernest Capendu Marcof le Malouin

    Marcof le Malouin d'Ernest Capendu est édité aux éditions Grand West pour la rentrée littéraire. C'est le premier tome d'un roman populaire, historique et maritime, dans la même veine que les romans d'un Paul Féval dont Capendu est le contemporain.

    Les ingrédients du roman populaire sont bien présents, y compris une intrigue complexe à ramifications : amour passion, jalousie, enlèvement, meurtres, secrets de famille, vengeance, tout ceci se déroule sur une toile de fond historique, celui de la révolution qui voit s'organiser la révolte des Chouans en lutte contre les révolutionnaires.

  • claudialucia

    Dans "Le manteau de Proust", Lorenza Foschini, journaliste italienne, raconte qu'à l'occasion d'une enquête effectuée pour Luchino Visconti sur "La Recherche du temps perdu", elle découvre l'existence du vieux manteau de l'écrivain archivé dans une caisse du musée Carnavalet. C'est une vieille pelisse noire, usagée, dans lequel on voit Marcel Proust enveloppé sur une photographie de 1905, à Evian, un manteau qui lui sert de couverture quand il écrit, au fond de son lit, luttant contre la maladie et la mort. Elle s'intéresse alors à celui qui en a fait don au musée, Jacques Guérin, un grand parfumeur parisien, collectionneur fortuné, bibliophile et amoureux de l'oeuvre de Proust.