MyriamPele

Je grignote surtout la nuit...Jamais rassasiée! Je lis surtout des romans, j'aime beaucoup les nouvelles et je commence à m'intéresser à la BD .

L'Odeur du café
31 mai 2016

Pages d'enfance

Eté 63, à quelques kilomètres de Port-au-Prince. L'enfant, c'est lui. Il a dix ans et vit avec sa Grand-Mère des moments qu'il n'oubliera jamais. Ce livre est écrit par petites touches, anecdotes, sensations, observations, dialogues avec... C'est délicieusement parfumé d'épices, et des sourires de la Grand-Mère, des farandoles de fourmis. Se mêlent ici terreurs et espiègleries de gamins, tout cela dans la chaleur créole. Un excellent moment de lecture!

La Dune

La dernière goutte

12,00
18 mai 2016

A couper le souffle

Un texte splendide, à couper le souffle! Des images naissent des mots choisis, précis, percutants, des images fortes, des images belles, des images terribles. Il s'agit là d'un récit "historique" , qui mêle l'évocation de la Campagne du Désert, guerre de conquête qui s'achève, et au cours de laquelle des indiens ont été massacrés ou soumis aux colons au rang d'esclaves. C'était à la fin du XIXème siècle, dans la province de Buenos Aires. Leurs terres seront distribuées aux colons tandis que "la dune" une masse de sable très inquiétante progresse au fil du vent... On essaie alors de stopper ce fléau, et l'on se demande si celui-ci n'est pas un châtiment divin lié aux turpitudes des humains. J'ai lu ce livre d'une traite, et suis encore sous l'émotion .

Cordelia la Guerre
21,00
13 mai 2016

Une fresque

C'est un roman tout en images, fortes et souvent cruelles, qui déborde de scènes parfois sordides, à la limite du supportable. Des couleurs, des odeurs, des sons , voilà ce que suggère une écriture très originale, en phrases courtes. Le décor se situe dans un imaginaire mêlant ville, côtes, parcs, mais toujours contemporain. Les personnages entrent en scène les uns puis les autres ou les uns avec les autres et s'aiment et se déchirent, se blessent et se pansent.
La guerre est présente, elle rôde, elle menace. J'ai eu du mal à entrer dans ce roman terrible, mais je garderai en moi cette magnifique fresque littéraire, comme on garde le souvenir d'un tableau , non pas une aquarelle, mais comme un grand incendie de mots.