Virginie S. (Libraire)

Florida
19,00
25 mars 2021

Florida est tout en démesure, c'est déroutant et jubilatoire!

Florida est un conte cruel, une critique féroce du culte du corps et de la beauté où la Belle n'est jamais très loin du Monstre. Dans cette critique au vitriol du rêve américain, Olivier Bourdeaut a aiguisé sa plume. Les phrases sont ici lapidaires et le roman se lit dans un souffle. Florida est tout en démesure, c'est déroutant et jubilatoire!

Normal People

Éditions de L'Olivier

22,00
14 mars 2021

Une puissante alchimie qui opère d'un bout à l'autre du roman

Sally Rooney dresse un portrait magistral de la génération des milléniaux. Cette jeune autrice irlandaise se glisse dans l'intimité de Marianne et Connell tous deux lycéens lorsqu'ils se rencontrent. Si lui, le fils d'une femme de ménage est parfaitement intégré, l'adolescente issue d'un milieu bourgeois et dysfonctionnel est solitaire et objet des railleries de ses camarades. Malgré leurs différences, l'attirance est réciproque et une liaison s'engage entre eux tenue secrète selon les voeux de Connell.
Un an plus tard, la donne est inversée. Tous deux sont désormais à l'université de Dublin et, si Marianne est devenue une jeune fille en vue qui s'épanouit socialement et intellectuellement, Connell peine a trouver sa place. Mais l'attraction se confirme et le chassé-croisé amoureux ne fait que débuter. Seul ou ensemble Marianne et Connell se cherchent, se perdent, s'affrontent, s'épaulent, s'aiment et se blessent. Chacun à sa manière tente de se construire, de gérer les interactions familiales ou sociales, d'affronter les écueils, les souffrances et de s'étourdir dans un rapport au sexe Libérateur mais complexe.
Sally Rooney retranscrit avec justesse les préoccupations d'une jeunesse tourmentée et pleine de vie, elle parvient à rendre cette histoire universelle et fascinante, à créer une puissante alchimie qui opère d'un bout à l'autre du roman.

Une saison douce
16,00
14 mars 2021

Un roman aux émotions et aux plaisirs simples. Une belle bouffée de fraîcheur!

Dans un hameau sarde sans charme, délaissé par les jeunes et la modernité, les habitants vivent simplement au rythme des saisons et des habitudes ancrées. Lorsque débarque un groupe de migrants accompagné d’humanitaires, la stupéfaction est générale. Le village en émoi se méfie et se calfeutre tandis que les « envahisseurs », comme les nomment les autochtones, sont démunis et abattus face à cette terre aride et inhospitalière bien loin de l’idée qu’ils se sont fait de l’Europe. Très vite pourtant, la curiosité l’emporte sur la peur et une poignée de femmes se décide à rencontrer les nouveaux arrivants. Des mots s’échangent, des liens se nouent, des secrets se partagent et finalement des idées et des projets germent. Le hameau reprend vie et couleurs en découvrant l’altérité et la solidarité.

Entre roman et conte, Milena Agus porte un regard malicieux et décalé sur l’accueil des migrants. Malgré l’empathie, la belle humanité qui se dégage du récit, son regard n’est pourtant jamais naïf et n’occulte en rien les souffrances et les incompréhensions.

Un roman aux émotions et aux plaisirs simples. Une belle bouffée de fraîcheur !

Là où nous dansions
17 janvier 2021

Un portrait fascinant !

Judith Perrignon dresse un portrait saisissant de la ville de Détroit (Michigan). Dans ce roman choral, l’autrice croise les époques et les personnages pour comprendre l’histoire et cerner au mieux cette ville qui fut l’archétype du monde moderne et industriel, le berceau des plus grands musiciens afro-américains (Diana Ross and the Supremes, Steve Wonder, etc…) avant de devenir le symbole de la violence économique et du racisme, une ville sacrifiée sur l’autel du capitalisme, désormais traversée d’ombres et de fantômes. Pour autant, Judith Perrignon ne dresse pas un tableau morbide de Détroit, elle s’attache à souligner l’énergie qui continue de traverser la cité, elle dépeint des hommes et des femmes qui, de résiliences en résistances, se battent pour que leur ville se réinvente. Un portrait fascinant !

Dans les yeux du ciel
5 novembre 2020

à lire sans tarder!

« Je m’appelle Nour. Chez moi on est prostituée de mère en fille. » Ainsi débute le roman de Rachid Benzine. Nour la narratrice, nous livre son histoire: ce que c’est qu'être une femme, une fille dans ce pays du Maghreb jamais cité où se prépare une révolution bientôt appelée Printemps arabe. La narratrice ne dissimule rien de sa vie.L’exercice de son métier, sa relation avec les hommes, leurs fantasmes parfois étranges. Sa fille Selma qui ignore tout de ses activités et Slimane, son grand amour, l’ami homosexuel et poète qui lui parle de liberté. Nour nous livre le plaidoyer vibrant d’une femme aux prises avec un pays schizophrène, hypocrite et corrompu où les apparences comptent plus que tout, un pays malade de ses préjugés. Rachid Benzine met en miroir le destin de cette femme et de son pays, le corps de Nour devenant l’allégorie d’un peuple en quête de dignité. Un texte cru, poignant porté par l’immense talent de Rachid Benzine à lire sans tarder!