Caroline

Le maître des miniatures
12,00
par (Libraire)
21 septembre 2017

Un immense texte court

Japon, juillet 1954. Eiji Tsuburaya, directeur des effets spéciaux de la Toho Films est censé, en seulement deux mois, donner une apparence à Gojira, roi des Monstres. Débordé, il n’a de temps ni pour sa femme, ni pour ses deux enfants. Il n’a pas même de temps pour se souvenir de sa fille, Miyako, morte quand elle avait deux ans, ou de son père, décédé 21 ans plus tôt dans le terrible tremblement de terre de Kantō.
Jim Shepard entremêle la « grande Histoire » et l’intime, le romanesque et la rigueur du documentaire, dans un immense texte court.

Le GRUPP

Syros Jeunesse

17,95
par (Libraire)
2 septembre 2017

Une dystopie pour ados bien ficelée !

Le temps a un peu passé… Il a été décidé de mettre un implant “LongLife” aux citoyens, de manière à les préserver de tous les dangers. Grâce à l’implant, qui les surveille en permanence, ils ne craignent plus ni les accidents ni les maladies… Chaque jour, ils scannent leur implant et en dix secondes savent s’ils doivent prendre un médicament ou un apport vitaminique. L’implant s’occupe même d’appeler le médecin si cela ne suffisait pas ! Quant aux accidents de la route, ils ont tout bonnement disparu : une petite décharge infligée à un enfant qui traverse hors des clous suffit à le remettre sur le droit chemin ! Cette société, qui permet de vivre jusqu’à 100 ans une existence sans accrocs, est celle dans laquelle vivent les frères Scott et Stan.
Scott, 17 ans, loin de s’être résigné à subir cette politique sécuritaire, a co-fondé le GRUPP, une organisation secrète de lycéens militants contre l’ordre établi. Lorsque le roman s’ouvre, il est dénoncé et condamné à six mois de prison ferme. Son petit frère, collégien, Stan, cherche à comprendre les actions de Scott et commence à questionner le monde dans lequel il vit.
La seconde partie du roman est racontée du point de vue de Scott, qui, emprisonné avec les caïds les plus dangereux, ne va pas s’en tenir là...
Un roman dystopique prenant, intelligent et souvent drôle. Une réflexion sur les dérives possibles de la société et sur le rôle que nous avons encore à jouer.

Afin que rien ne change
par (Libraire)
1 septembre 2017

Renaud Cerqueux vous ligote et vous enferme dans la plus violente des geôles, en compagnie de l'imbuvable über-patron Emmanuel Wynne.
Cynique, glaçant, terriblement actuel, ce livre est une arme au poing.
Un outil d'insurrection. Emparez-vous en !

La carte du ciel
par (Libraire)
1 septembre 2017

Dans un petit village où on peut facilement s’ennuyer, Claire et Wouki, lycéens, sont amis depuis l’enfance. Jules, lui, est arrivé l’année précédente, et tous les trois partagent tout, et notamment leur goût pour les histoires d’OVNIS. Ils passent leur temps la tête dans les étoiles, à étudier la carte du ciel… Et d’ailleurs, des phénomènes inexpliqués ont récemment eu lieu au-dessus de leurs têtes. Mais c’est un phénomène beaucoup plus terrestre qui va les occuper : l’arrivée d’une prof de philo remplaçante, qui va ensorceler la plupart des garçons du lycée… Une histoire aux confins de l’adolescence et au début de l’âge adulte, où philosophie et surnaturel se côtoient, avec un soupçon de polar. Une très belle ambiance.

C'était mieux avant

Éditions du Pommier

5,00
par (Libraire)
1 septembre 2017

Ce n'était pas vraiment mieux avant...

Le philosophe Michel Serres a pris l’habitude de s’adresser, dans de petits livres simples d’accès mais riches d’enseignement, à Petite Poucette, jeune fille emblématique de la génération de ceux qui pourraient être ses arrière-petits-enfants, et qui communiquent alertement avec leurs pouces, pour envoyer des SMS. Petite Poucette entend très régulièrement, de la bouche des plus anciens, les papys râleurs, comme les appelle Michel Serres, la fameuse phrase “C’était mieux avant”. Sauf que, et c’est le sous-titre du livre, “cela tombe bien, avant, justement, Michel Serres y était” ! et il peut donc témoigner et dresser un bilan d’expert. Parler des tyrans du 20e siècle, de la guerre, des maladies, des droits des femmes, des doctrines, de l’hygiène, de la provenance alimentaire et bien d’autres sujets qui fâchent ! Ce livre remet les points sur les i à tous les grincheux et peut redonner un peu le moral à tous les Petits Poucets et Petites Poucettes qui prendront le temps de le lire.