la

La Californie
17,00
par (Libraire)
20 février 2019

Un été adolescent

Les années 80, près de Toulon, dans la chaleur étouffante de journées d'été interminables. D'ailleurs, c'est tout l'été qui est interminable. Marcus a 13 ans, quelques copains d'errance, un frère violent et une mère absente. C'est cela qui va marquer son été : l'absence. Celle qui arrive dès les premières pages, et celles qui se dessinent ensuite peu à peu. Et il résiste Marcus, à toutes ces galères. Il pense aux filles, à Pénélope, et à Noémie-Mélodie. Il continue d'aller au supermarché acheter quelques confiseries, et à balancer ses jambes depuis la passerelle, au-dessus de l'autoroute. Et puis il y a le vélo.
Si vous avez aimé D'acier de Silvia Avalone, vous retrouverez ici une même chronique adolescente pleine de charme et de désespérance.

Cargo
12,50
par (Libraire)
11 février 2019

Immersion à bord d'un cargo

Marianne Rötig, dans ce premier livre, nous propose une traversée en cargo, du Havre jusqu'à Malte, 7 jours à découvrir ce gigantesque engin flottant, et surtout, les hommes qui en composent son équipage. Entre figures mythologiques, hasards objectifs et réflexions sur l'être, le temps passe beaucoup trop vite sur ce géant des mers, et l'on souhaiterait encore étirer l'expérience de lecture...

LA MASURE DE MA MERE
par (Libraire)
13 février 2015

Un récit sensible, un témoignage historique

"Ma mère s'appelait Lise." Ainsi commence le récit de Jeanine Ogor, écrit en collaboration avec Jean Rohou, célèbre pour son "Fils de ploucs". Jeanine Ogor nous raconte un épisode de la vie de sa mère, dans la campagne bretonne, à l'aube du XXème siècle. Lise, à 11 ans, est envoyée dans une ferme comme gardienne de vache. Elle quitte alors sa famille, trop pauvre pour prendre soin d'elle. Commence ici une nouvelle vie. Elle rencontre une Soazic affectueuse, un maître généreux mais aussi une patronne acariâtre. Elle fait face à la rudesse du monde lorsqu'on n'est pas bien né.
Témoignage aussi bien que récit, c'est une part de l'histoire des campagnes bretonnes dans l'entre-deux-guerres qui se dessine sous nos yeux. Et dire que c'était il y a 100 ans à peine...

BLUE GENE, roman

roman

Héloïse d'Ormesson

23,00
par (Libraire)
16 août 2011

Un roman politico-punk-rock

Blue Gene a 27 ans, cheveux longs et gras, tatouages, short et T-Shirts à slogans, de plus ou moins bon goût. Il habite dans une caravane, travaille au marché aux puces. Une vie sans prétention, sans grande saveur non plus, mais qui lui convient parfaitement.
Quatre ans sans voir ses parents et son frère, jusqu’au jour où Elizabeth Mapother débarque devant son étal. Elizabeth, c’est sa mère, croyante jusqu’au bout des ongles, convaincue d’avoir un jour entendu la voix de Dieu. Selon elle, le monde a des chances de devenir meilleur. Le prophète n’est autre que le frère aîné de Blue Gene, John.
Sa visite n’est pas anodine, elle convie son fils à un dîner. La famille Mapother, puissante, riche, créatrice d’emploi et par conséquent de chômage, est aux antipodes du pauvre Blue Gene. Mais il accepte, met un T-Shirt sans manches propre et se rend dans leur demeure où il faut retirer ses chaussures dès le pas de la porte.
Ce n’est évidemment pas sans arrière-pensée que les Mapother accueille avec autant de soins leur fils oublié. Le grand frère se présente au Congrès américain et quoi de mieux qu’un Blue Gene aux premiers plans de sa campagne pour séduire les électeurs du Midwest des États-Unis, laborieux ouvriers aux ambitions modestes.
Joey Goebel nous décrit une Amérique décapante, sans paillettes ni artifices, mais moite de poussière et de complot. Une Amérique fière de ses soldats, arborant le drapeau national sur une casquette, hypnotisée par un spectacle de camions gigantesques. Mais derrière les clichés de l’Amérique profonde telle que l’on se l’imagine, on remarque les marginaux, les oubliés, ceux qu’on vient chercher pour une unique raison : gagner une élection.

Muffins Box

Marc Grossman

Marabout

par (Libraire)
30 décembre 2009

Yummy !

Il m'arrivait souvent d'avoir envie de faire des muffins. Seulement, je n'avais jamais les moules adaptés. Cet drôle d'objet hybride changea mon existence : un livre de recettes (délicieuses) et des petits moules en silicone (so girly). Depuis, quand j'ai envie, je fais !