Murielle L.

par (Libraire)
10 avril 2021

L'ombre douce

Quelques mots de l'éditrice avec lesquels je suis en parfait accord.

C’est le roman d’une rencontre, d’une histoire malmenée par la violence de la guerre d’Indochine. Surtout, ne passez à côté de cette formidable lecture. C’est un livre à la beauté pure et simple qui renferme tant de poésie, de générosité et d’humilité. C’est une réflexion sur le sentiment de fatalité qui ne fait qu’embellir et amplifier la force des actes et des émotions ! C’est ce qui nous a littéralement séduits ici.

J’espère que la musique, l’écriture et l’histoire vous émerveilleront aussi. C’est un joli roman en tout cas.

1954, la guerre d'Indochine touche à sa fin. Dans un hôpital militaire français de Hanoï, Mai, une jeune Annamite qui aide les équipes médicales, croise le regard de Yann, un soldat breton blessé à la poitrine. C'est le coup de foudre. La fougue, la candeur, la jeunesse leur font croire qu'ils pourront vivre librement leur passion. Mais le père de Mai, juge influent, l'a promise à un autre. Elle s'insurge, elle est bannie de la famille...
A peine marié, Yann doit rejoindre les bataillons de la cuvette de Diên Biên Phu. Pluie, bombardements, boue, corps-à-corps : c'est l'apocalypse. Après la défaite, Yann n'est que l'un des milliers de prisonniers condamnés aux marches infernales vers les camps d'internement. Mai est prête à tout pour le tirer de l'abîme. Dans une langue précise, poétique, avec grâce et pudeur, Hoai Huong Nguyen peint le Vietnam d'hier et un amour, frêle esquif, qui affronte la violence d'une guerre.
L'histoire de Mai et de Yann laisse percer la lumière des humbles héros qui croient à la liberté et à l'absolu malgré les vicissitudes de l'Histoire.

16,00
par (Libraire)
10 avril 2021

Le clan des poissards

C'est un roman comme il en existe peu, un roman sur le quotidien, la vie simple de quatre amis qui ont du mal à sortir de l'adolescence, à se fondre dans le décor mais qui ne cherche pas non plus à tout bouleverser. Des hommes, avec leurs questions existentielles sur l'amour, le travail et l'argent, leurs rêves secrets, leur pudeur à se livrer totalement ; une ville toujours en mouvement où le décor change souvent plus rapidement que ses habitants, un stade de foot où se mêle joie et déception ; un auteur à découvrir !

par (Libraire)
10 avril 2021

Le silence ne sera qu'un souvenir

Une belle découverte que ce premier roman de Laurence Vilaine, jeune auteure d'origine nantaise.

Elle nous entraîne dans l'univers à la fois poétique et rude des roms, gitans de roumanie. La misère règne dans la petite communauté de Miklus. La vie n'est certes pas facile mais la solidarité, la fraternité et la musique aident à supporter les horreurs de la guerre, des privations et le racisme quotidien. Miklus est à l'aube de sa vie, une vie de silence et de non dits qui cache un terrible secret. Le poids des traditions ont empêché Miklus de changer le cours de la vie de Chepnki et de sa descendance. Effleurant l'Histoire, Miklus se soulage enfin du poids de ces erreurs et nous entraîne dans la tourmente de ces vie gâchées où le bonheur ne sera que de passage.

A lire absolument !

par (Libraire)
10 avril 2021

Avenue des Géants

C’est en Californie que se situe l’intrigue de ce roman qui nous entraîne sur les traces d’Al Kenner, géant de 2,20 m au QI supérieur à celui d’Enstein. Ce livre décrit la dérive meurtrière de cet homme qui tue (il est alors âgé de 15 ans) ses grands parents, pour ensuite, après sa sortie d’hôpital psychiatrique (et déclaré guéri par les médecins) entamer une carrière de serial killer. Il massacre 6 étudiantes ainsi que sa mère et une amie de celle-ci. Marc Dugain nous décrit un homme sans sentiment, incapable d’avoir des relations sexuelles, détruit par une mère violente et alcoolique dont il recherche pourtant toujours l’amour. L’auteur raconte, en la romançant, l’histoire vraie d’Edmund Kemper, tueur schizophrène qui a inspiré le personnage d’Hannibal Lecter. Mais il ne faut pas réduire ce roman à son personnage principal, car c’est également une formidable plongée dans l’Amérique des années 60 et 70, du président Kennedy, en passant par la guerre du Vietnam ou le mouvement hippie. C’est un livre qui vous happe, malgré le côté glaçant de son héros, et vous tient en haleine jusqu’au bout.

Éditions de l'Observatoire

20,00
par (Libraire)
10 avril 2021

Les danseurs de l'aube

Deux histoires parallèles, deux histoires aussi émouvantes l'une que l'autre. 1940 / 2017 leurs points communs ? La persécution et l'amour du flamenco. Le flamenco une danse sensuelle et exigeante qui amène danseurs et spectateurs jusqu'à la transe. Une belle écriture qui met bien en valeur le corps et la musique et nous fait vibrer au rythme des personnages.