Dernier commentaire

8848 mètres
, Là-haut, elle ne sera plus la même

Là-haut, elle ne sera plus la même

Casterman

16,00
par (Libraire)
4 juin 2020

L’alpiniste qui se lance à la conquête de l’Everest n’est pas banale, c’est Mallory, une jeune fille de quinze ans. On la suit depuis le camp de base, situé dans la Région autonome du Tibet, à 5300 mètres, jusqu’au sommet, pendant les semaines au cours desquelles elle s’acclimate en séjournant dans différents camps, de plus en plus haut. On ne monte pas seul à l’Everest, Mallory fait donc partie d’une équipe de huit personnes, dont son père, de guides, de sherpas qui assurent l’intendance et transportent le matériel. Elle se lie avec Aurélie, une française qui vit au Tibet et œuvre pour une association militant pour le ramassage des déchets dans cette montagne qui est officiellement la plus polluée du monde. À son contact, elle découvre des pans d’une autre culture et de la philosophie bouddhiste : la compassion, le semchuk, l’impermanence. Sa perception de la nature se modifie : "ici, on remercie la montagne pour nous laisser la gravir." Elle aide aussi une femme de son équipe qui fait des prélèvements pour surveiller la fonte des glaciers qui subissent les effets du changement climatique. L’ascension de Mallory n’est pas qu’un exploit personnel, c’est une prise de conscience d’un certain rapport à la nature et au monde. Dans la confrontation aux composantes de l’ascension, elle apprend d’elle-même.
Qu’une très jeune fille qui monte à l’Everest n’est pas impossible, le plus jeune alpiniste étant Jordan Romero, 13 ans en 2010. Le récit que fait Silène Edgar est plausible, il ne masque ni les immenses difficultés, ni les exigences, ni les dangers. D’ailleurs, la romancière s’est documentée auprès d’une de ses cousines qui a participé au nettoyage de l’Everest et qui est la seule européenne à y être monté trois fois
Le récit de Silène Edgar se lit facilement, délaissant nombre de détails présents dans les vrais récits de montagne qui n’ont pas leur place dans un roman pour jeunes adultes, mais ne s’écartant pas de la réalité de telles expéditions (les cadavres que frôle Mallory au-dessus du camp 3, les sponsors) et laissant ce qu’il faut de suspense. Les massages portés par la jeune fille ne pèsent pas sur la lecture.
Une belle aventure et un roman clairvoyant.