Charles K.

http://audeladecettelimite.blogspot.com/

par (Libraire)
19 avril 2005

L' adversaire, c'est le diable; la part trouble de chacun, plus profonde, béante chez Romand qui le conduit pas à pas d'une vétille commise par un grand mou un peu dépréssif et mythomane à l'imposture puis au crime, à l'assassinat incompréhensible de sa femme, de ses enfants, de ses parents et fait de cet homme arrivé aux portes du vide, auxportes de l'enfer une victime broyée non par les autres mais par lui-même, par ses démons. Le fond de cette histoire pourrait n'être que fiction, invention d'un écrivain noir (Dolstiïevski, Mauriac...). Mais non. Le fond de cette histoire est un fait divers. De l'authentique, sordide, absurde, horrible, qu'Emmanuel Carrère a transfirguré en quasi-roman, sublime, chrétien, rédempteur. Alchimie, miracle de la littérature qui nous fait toucher au fond de nous-mêmes la part de mystère qui nous est commune avec celle d'un assassin. Alire. Absolument.

par (Libraire)
19 avril 2005

D'une écriture brillante, les cent nouvelles du Décaméron, drôles, intelligentes, émouvantes, furent écrites après l'épidémie de Florence. Elles sont illustrées de 500 illustrations d'artistes des 14 et 15ème siècles. De Giotto à Boticelli, en passant par Boccace lui-même, ils nous plongent au coeur d'une époque fascinante, à travers des dessins autographes, des miniatures exceptionnelles du Maître de la Cité des Dames, coffres de mariage, tableaux, fresques...

par (Libraire)
19 avril 2005

Préfaçant le "Bréviaire des politiciens" du Cardinal Mazarin, Umberto Eco écrit "vous trouverez plein de gens que vous connaissez pour les avoir vus à la télé" et il est vrai que nombre des puissants qui nous gouvernent pratiquent d'instinct (les autres n'apprendront jamais) les règles qu'édite le Cardinal à l'usage de ceux qui prétendent nous régir. Règles de bon sens parfois, délicieusement surannées encore quand il disserte de l'art de voyager, préceptes d'un puissant  parmi les puissants expert dans l'art d'éliminer ses ennemis, de  conquérir la première place et de la préserver jusqu'à sa mort.
Préceptes amoraux, totalement amoraux, d'un homme que les scrupules n'effleurent pas et que seul le souci de gouverner guide.
Un ouvrage utile pour ceux qui veulent comprendre le monde tel qu'il est.

par (Libraire)
19 avril 2005

Ce n'est pas seulement à une vulgarisation scientifique de très haut niveau que nous convoque ce livre. C'est aussi une invitation à un voyage poétique et à une quête philosophique de nous mêmes que nous propose Jean-Claude Ameisen, médecin, chercheur, homme de culture.

Autobiographie d'un ours en peluche

École des Loisirs

14,00
par (Libraire)
19 avril 2005

Mon fils, un grand coeur, m'a dit : "C'est pas possible de donner ce livre à un petit de CP, c'est trop triste." Alors j'ai lu ce livre. C'est une histoire triste, triste à faire  pleurer tous les petits de CP, et même les grands de coeur, et même les plus grands encore. Mais c'est une histoire plus vraie que la vie. Plus qu'indispensable à toutes les bibliothèques de tous les petits enfants du monde.