Charles K.

http://audeladecettelimite.blogspot.com/

Conseillé par (Libraire)
19 avril 2005

Qui sommes-nous ? Les êtres bons, généreux, solidaires, travailleurs, civilisateurs que tous ceux qui recherchent nos voix – publicitaires, hommes politiques -, flatteurs, dépeignent à longueurs de campagnes, électorales ou de pub ? ou sommes nous plutôt les consommateurs froids, égoïstes, calculateurs, indifférents et jouisseurs, exploiteurs d'une marchandise que sont les terres et les hommes d'un tiers monde peu onéreux ? Pas méchants au demeurant, pas volontairement cruels.


"Qui veut faire l'ange fait la bête" croyait Pascal. L'image que Michel Houellebecq nous renvoie de nous touche, certes un peu à la caricature. C'est ce qui rend son portrait des touristes occidentaux que nous sommes aussi efficace que l'étaient les portraits que Daumier peignait des notaires, juges ou banquiers du XIXème.
On fait reproche à Houellebecq d'être un provocateur. C'est un peintre de mœurs. Un observateur fin des comportements de l'homme occidental. Il ne le dépeint pas tel que les rédempteurs voudraient le montrer mais tel qu'il le voit, avec ombres, et lumières aussi, même s'il y a plus d'ombre que de lumière. Elle n'est pas antipathique, son héroïne bretonne. (C'est sans doute ce qui la sauvera à la fin). Il n'est pas totalement noir, son fonctionnaire du ministère de la culture, quand ses désirs sont assouvis. Seulement veule, apathique, égoïste. Tous deux nous ressemblent. Nous sommes tantôt l'un, tantôt l'autre. Dromomaniaques, promeneurs argentés, nous nous évadons parfois hors des remparts d'un occident doré où nous avons la chance de naître mais sans intention de voir le monde ; seulement dans le but d'en profiter et d'y perdre notre ennui. Terrible. Cruel. Mais assez vrai. Houellebecq sait construire des histoires efficaces. Il a du style. C'est un grand romancier.

leçons socratiques et alternatives

Bréal

21,50
Conseillé par (Libraire)
19 avril 2005

Au moment où se mettent en place les nouveaux programmes de philosophie pour les classes terminales qui posent un certain nombre de contraintes aux enseignants, les éditions Bréal publient cet antimanuel (sous-titré par l'auteur "leçons socratiques et alternatives") qui pourra passer pour un brûlot, et en tout cas ne laissera pas indifférent.
Lui-même enseignant, Michel Onfray propose du programme une approche très personnelle et bien peu conformiste. Véritable manuel qui suit les instructions officielles en étudiant les neuf notions au programme : la nature, l'art, la liberté, le droit, la technique, la raison, la conscience, l'histoire et la vérité, le livre s'écarte des sentiers battus dans les questions qui y sont posées - et dont la formulation choquera peut-être certains- et surtout dans le choix des auteurs et des textes qui illustrent le propos...

Mais l'objectivité ne peut exister dans un domaine où chaque enseignant exprime inévitablement ses convictions et choix dans le cours qu'il donne.
Destiné aux élèves de terminale et d'une approche très plaisante, le livre d'Onfray est aussi un outil bien utile pour les parents et pour tous ceux qui aiment à réfléchir avec les adolescents à des questions qu'ils se posent et nous posent.

Le livre vérité sur la fonction publique

Fayard/Pluriel

11,70
Conseillé par (Libraire)
19 avril 2005

La question est ouverte: en cette période de mutations profondes, où va notre Etat? Pour Roger Fauroux et Bernard Spitz, il est évident que sa réforme est devenue nécessaire afin que la fonction publique française ne croule pas sous le poids des archaïsmes.Pour mener cette enquête unique , ils ont réuni une brillante équipe d'auteurs aux parcourts différents.Tous sont d'avis de réformer cet Etat qu'ils servent ou ont servi, et ce pour mieux le défendre.Ils dressent un bilan édifiant, sans doute celui de la dernière chance.Témoignages, réflexions, propositions sur l'Etat forteresse, souverain, providence et stratège, ainsi qu'une large ouverture sur les clefs du changement, composent ce "livre vérité de la fonction publique".

le livre vérité de la fonction publique

Robert Laffont

Conseillé par (Libraire)
19 avril 2005

La question est ouverte: en cette période de mutations profondes, où va notre Etat? Pour Roger Fauroux et Bernard Spitz, il est évident que sa réforme est devenue nécessaire afin que la fonction publique française ne croule pas sous le poids des archaïsmes.Pour mener cette enquête unique , ils ont réuni une brillante équipe d'auteurs aux parcourts différents.Tous sont d'avis de réformer cet Etat qu'ils servent ou ont servi, et ce pour mieux le défendre.Ils dressent un bilan édifiant, sans doute celui de la dernière chance.Témoignages, réflexions, propositions sur l'Etat forteresse, souverain, providence et stratège, ainsi qu'une large ouverture sur les clefs du changement, composent ce "livre vérité de la fonction publique".

11,00
Conseillé par (Libraire)
19 avril 2005

Il était deux amis : un arbre et un petit garçon. Au petit garçon, comme souvent aux petits garçons, il manquait toujours quelque chose à son bonheur. L'arbre, lui, était généreux. Trop ? Est-on jamais trop généreux, trop ami envers un ami ?