Librairie L'Ecritoire -.

L'étoile qui danse. Tome 1

1

Dargaud

16,00
4 novembre 2020

Un drôle de mec

La BD qu’il faut lire, même si « Oh, une BD, moi ça ne me dit rien ! »
L’angoisse de la page blanche… ou comment Manu Larcenet de façon magistrale met en scène un auteur de bande dessinée – lui - à la recherche de l’inspiration. L’Histoire, les grands peintres, écrivains moralistes ou philosophes, ou Dieu lui-même, ils sont tous convoqués. C’est drôle et émouvant, cultivé et percutant.
Manu Larcenet se moque de lui. Il se met à nu avec une vérité poignante, mais reste toujours drôle. Cela doit s’appeler le talent.

4 novembre 2020

Un grand-père pas comme les autres

Sérieuse (c'est son prénom !), elle a beau être super gâtée, elle est tout le temps toute seule. Parce que ses parents super riches, la seule chose qu’ils n’ont pas pensé à lui acheter, c’est un grand-père. Bon, ben, heureusement, existe la Société des Pépés à Adopter...
On les voit venir, là, non ? Le pépé qu'elle va trouver va lui remonter le moral, et, ensemble, ils vont faire les 400 coups !
Faut-il dire que ce livre est très drôle, et qu’il ne loupe pas ses cibles ? Même les parents des 8-12 ans (à qui il est destiné) vont l’adorer !

Don Winslow repousse les frontières du polar

HarperCollins

10,90
4 novembre 2020

La drogue, c'est de la m...

Un polar totalement addictif. Vous plongez dedans et vous ne sortez plus des 912 pages qu’il pèse (oui, quand même !) On est dans la catégorie poids-lourds.
Don Winslow clôture en apothéose sa trilogie consacrée aux cartels de la drogue : après La Griffe du chien (Fayard) et Cartel (Seuil) voilà La Frontière, ( HarperCollins). Où l’on retrouve Art Keller, et ses obsessions. Il n’y a pas de gentil, pas de méchant… que des hommes.
Un réquisitoire rageur : « Nous sommes condamnés à interpréter la même danse de mort, répétitive et tragique », martèle Winslow.

Roman

Le Livre de poche

8,40
4 novembre 2020

Brrrrrrr

Après Heimaey, voilà Askja, le deuxième volume de la série islandaise de Ian Manook.
Askja ? Ben si, ça existe...
C’est un emboîtement de caldeiras (oui, oui, oui), et en gros c’est loin – en Islande – c’est désertique, quasi lunaire comme paysage et époustouflant. Toute ressemblance avec la Mongolie serait purement un hasard !
Oui, parce que, Ian Manook (qui, au passage, est natif de Meudon – 92 - et en vrai ne porte pas du tout ce nom-là), Ian Manook donc, on lui doit précédemment les enquêtes du commissaire Yeruldelgger, que l’on rencontre plus souvent du côté d’Oulan-Bator que de Reykjavik.
Cette fois-ci, l’enquêteur c’est Kornélius Jakobson, un flic islandais passionné de folklore et qui doit de l’argent à la mafia lituanienne (ben oui… des fois que les choses soient trop simples…). Il enquête sur le meurtre d'une jeune femme dont le corps a disparu. Le suspect est un vieil homme marginal et amnésique. Et paf, ça lui rappelle quoi, à Kornelius ? Un fiasco judiciaire et policier qui a secoué l’Islande au milieu des années 70.
Vous voyez le genre ? Non ? Et bien qu’attendez-vous pour dévorer ce polar, écrit par un spécialiste de la chose !

La huitième enquête du département V

8

Albin Michel

22,90
4 novembre 2020

Pas seulement un numéro

Encore un auteur venu du nord, et pas n’importe lequel… Jussi Adler-Olsen s’est imposé depuis Miséricorde en 2007, comme l'un des meilleurs. Victime 2117 est le 8e roman publié en français. Sur la côte sud-est de Chypre Lely Kabaki, une Syrienne d'environ 70 ans, morte, sur la plage. La 2117e victime ayant péri en Méditerranée depuis le début de l’année. Mais celle-là relie directement l'enquêteur, Assad, à son passé.
Un polar rythmé par l’action, qui mène en paralléle une réflexion sur la violence politique et la force des liens familiaux.