Marine S.

par (Libraire)
29 avril 2014

Un long moyen âge

Jacques Le Goff nous a habitué à ses textes remplis d'érudition tout en sachant se faire comprendre de tous. "Faut-il vraiment découper l'histoire en tranche?" est de cet acabit. Après "Un long Moyen âge", Le Goff pose ici la question fondamentale du découpage académique des ères historiques. Qu'est-ce qui, au fond, les justifie? Pourquoi les hommes avaient établi dès l'Antiquité le découpage du temps et le fractionnement de l'Histoire?

Plus encore que ce questionnement sur la nécessité ou le côté superflu d'une telle mission, Jacques Le Goff se penche plus avant sur le cas de la Renaissance, terme galvaudé à maints égards mais toujours bien présent dans les esprits. Pourquoi cette période se détache si farouchement d'une époque médiévale qu'elle rend sombre et sinistre par comparaison? Quel rôle le XIXe siècle, et notamment ses auteurs et le début de l'Histoire comme matière universitaire et scolaire, a-t-il joué dans l'établissement de cette période censée être un renouveau pour le monde occidental, tant au niveau culturel que politique ou philosophique? La Renaissance, telle que nous la percevons existe-t-elle vraiment?

Un petit ouvrage dense qui fait bouger notre point de vue sur l'Histoire telle qu'on nous l'enseigne.

variations sur l'esprit du XVIIIe siècle

Payot

par (Libraire)
16 avril 2014

En spécialiste du XVIIIe siècle, Chantal Thomas nous explique, à travers une succession de textes courts, l'esprit libertin.
La musique, le théâtre, la littérature, Casanova, Mozart, Laclos, autant de sujets pour autant de variations.
Pour comprendre la différence entre Sade et Casanova, le scandale des Liaisons dangereuses ou bien la place des femmes dans la littérature et la musique du XVIIIe siècle, Un air de liberté est à la portée de chacun, du néophyte comme du connaisseur.
De son style poétique mais non ampoulé, l'auteure nous entrouvre le rideau de cette scène d'opéra.

Lowry Lois / Butaud Nadia

École des Loisirs

par (Libraire)
16 avril 2014

Pas facile d'être la cheffe de souris d'église!

Hildegarde n'a pas la tâche facile. Lorsque l'on doit gérer 220 souris d'église, il n'est pas question de dormir sur ses lauriers. Entre une souris qui se permet de mettre bas sans la prévenir, sa rivale qui veut prendre sa place, la Bénédiction des animaux qui approche à grand pas et la menace du grand X qui plane toujours sur leurs têtes, Hildegarde aurait bien besoin de repos.

Lois Lowry n'a plus besoin de faire ses preuves, ses romans pour enfants sont de petites perles à savourer. Si dans le Passeur, elle nous proposait une véritable réflexion sur la société, dans Sacrées souris, c'est le parcours de toute une communauté qu'elle nous met en scène.
Hildegarde est parfois dure, pas franchement sympathique mais c'est une cheffe hors pair et toute dévouée à ses gens. Entre évitement des hommes et sauvetage impromptu, elle nous entraîne avec sa marmaille dans les tréfonds d'une petite église de campagne et de ses rituels.

Un très joli roman, plein de rebondissements et d'entraide. De sacrées souris en somme!

par (Libraire)
16 avril 2014

Descendez dans l'abîme avec John Luther

John Luther est ce qu'on appelle un bon flic. Avec sa carrure de nounours qui montre parfois les crocs, son flair et son sens acharné de la justice, il remplit tous les critères de satisfaction de ses supérieurs. Derrière le masque la réalité est tout autre car Luther ne dort plus, obnubilé par les crimes qu'il voit se perpétrer jour après jour sous ses yeux. Alors que son mariage et sa santé mentale sont déjà en péril, le meurtre odieux d'un couple et l'enlèvement d'un bébé du ventre même de sa mère, vont plonger notre inspecteur dans une tourmente dont il n'est pas sûr de sortir.

Les amateurs de la BBC et du polar anglais connaissent déjà John Luther, incarné sur le petit écran par un Idris Elba magistral. Neil Cross, l'auteur de la série britannique star, nous plonge cette fois dans la toute première aventure de son héros. Le spectateur et le lecteur comprennent mieux alors ce qui fait vaciller Luther et la violence de cet individu par ailleurs exemplaire.

Une histoire choc digne des grands thrillers américains, un héros auquel nous sommes immédiatement attachés, une violence permanente, Luther L'alerte nous plonge irrémédiablement dans la descente aux enfers d'un homme courageux. Pour tous les amateurs de romans policiers à l'anglaise, que vous connaissiez la série ou non.

Une enquête de l'inspecteur Harry Hole

Gallimard

21,00
par (Libraire)
4 avril 2014

Jo Nesbo a l'art de brouiller les pistes, de mener le lecteur en bateau tout au long des 608 pages que dure le roman.
Cette fois-ci, il nous entraîne au cœur même de la police norvégienne, des salles de classe pour futurs policiers aux recoins sombres de la direction. Le meurtre de mafieux dealer de drogue, les assassinats de policiers et la traque d'un violeur en série vont occuper les jours et les nuits du groupe d’enquêteurs formé par Harry Hole.

Jo Nesbo joue avec le lecteur, lui faisant croire parfois qu'il détient la clef du mystère alors qu'il n'en est rien. Ne vous laissez pas prendre aux pièges tendus par l'auteur, il ne vous dévoilera l'ensemble du mystère qu'à la fin!

Accroché aux pages, Police vous promet des sueurs froides.