Vies silencieuses
14,50
par (Libraire)
9 août 2019

Hors du tumulte le regard s'absorbe dans les couleurs d'un nuage.

Les "Vies silencieuses" de Daniel Kay sont celles des tableaux qu'il porte en lui. Ses poèmes laissent deviner les couleurs, les tensions, les émotions esthétiques ressenties parfois, devant un Brueghel, un Titien, une sculpture, un cyprès.
Ils invitent à deviner... quel tableau ? Quelle scène ? Provoquent l'envie de trouver. Les mots rassemblés, dans la page qui respire, absorbent et impriment, sur les grains crème, un éclat, un mouvement, une odeur.
Qui sait ? Peut-être se souviendra-t-on du poème, plus tard, dans un paisible instant de déjà-vu.

Tous les conseils de lecture