Ce que savait la nuit

Ce que savait la nuit

Arnaldur Indridason

Anne-Marie Métailié

  • par (Libraire)
    22 mars 2019

    Ce que savait la nuit arnaldur indridason

    Konrad (nouveau personnage !) flic meurtri et à la retraite se voir contraint de reprendre un gold case Vien de 30 ans. D’une construction imparable et d’un réalisme social solide indridason fait encore preuve de sa grande maitrise du roman policier.

    Sébastien Balidas


  • 13 février 2019

    L’Islande et ses glaciers attirent nombre de nouveaux visiteurs. Et justement, lors d’une excursion, des touristes découvrent le cadavre d’un homme sur le glacier de Langjökull. Un homme disparu depuis trente ans et à l’époque, Konrad, officier de police, s’était occupé de l’affaire. Les soupçons s’étaient orientés vers l’ancien associé de l’homme mais ce dernier a toujours nié son implication. Et bien que désormais mourant, il clame toujours son innocence.

    Alors qu’il a pris sa retraite, la curiosité de Konrad est piquée à vif. Et s’ils étaient passés à côté d’un élément? Et si Hjaltalin disait la vérité ? Impossible de le savoir car il est emporté par la maladie. La découverte du cadavre sur le glacier fait la une des journaux et une femme contacte Konrad. Son frère aurait été renversé intentionnellement par une voiture car il avait des informations pour la police.
    Konrad commence officieusement à se replonger dans l’enquête et ce sont des pans de sa vie qui remontent à la surface. Le décès non élucidé de son père qui n’était pas un enfant de chœur, son couple avec Erna et sa solitude actuelle. Ce personnage en proie à des remords doit affronter le passé mais aussi l’accepter tandis que de nouveaux éléments apparaissent dans l’enquête. L'occasion pour Arnaldur Indridason de nous dépeindre sans concession les difficultés sociales et économiques de l’Islande mais aussi de nous plonger dans l'enfance trouble de Konrad.

    Un polar efficace où l’auteur ne nous oppresse pas et où comme toujours, la dimension humaine est importante. Seul regret de taille, je m’étais prise d’affection pour Erlendur et il me faudra plusieurs enquêtes pour m’attacher à Konrad (plus froid aux premiers abords).

    https://claraetlesmots.blogspot.com/2019/02/arnaldur-indridason-ce-que-savait-la.html