L'archipel des Lärmes

Camilla Grebe

Calmann-Lévy

  • par (Libraire)
    13 novembre 2020

    Une nouvelle venue sur la scène du polar ! Elle mêle déjà avec brio la juste dose de sordide et de suspens.
    Encore une nordique à suivre, ca fait beaucoup mais ca vaut le coup !!


  • 25 mai 2020

    féminisme, polcier

    Premier roman de cette auteure que je lis, je dois dire que je n’ai pas été convaincue par le style. Au bout d’une bonne centaines de pages, le récit était tellement prenant que le style est passé en arrière-plan.

    J’ai aimé que l’histoire s’étale sur plusieurs générations de femmes, même si leur mort est plutôt violente.

    Je n’ai pas deviné le coupable, introuvable et pourtant cela ne peut être que lui.

    J’ai aimé suivre l’évolution du monde professionnel policier uniquement masculin en début du livre dans les années 40 jusqu’à nos jours. Nos aînées ont dû faire preuve de tellement de persévérances.

    Un polar dont la fibre féministe m’a plu.

    Quelques citations :

    Nolite te salopardes exterminorum – Ne laissez pas les salauds vous tyranniser. Margaret ATWOOD in La Servante écarlate

    Ce récit allait traiter de ceux qui ont essayé d’arrêter le tueur en série ; des femmes devenues ombres qui n’ont jamais pu vivre leur vie. (p.450)

    Tout tourne en rond, l’histoire se répète. C’est simplement que nous ne le voyons pas. Mais les années savent ce qu’ignorent les jours. Je peux mettre fin à cette spirale de violence et de haine. J epeux choisir de ne pas propager les ténèbres. A cet instant précis, j’en ai le pouvoir. (p.455)

    L’image que je retiendrai :

    L’histoire se déroule dans les immeubles autour du parc Berlin de Stockholm, nommé ainsi en hommage au sculpteur.

    https://alexmotamots.fr/larchipel-des-larmes-camilla-grebe/


  • par (Libraire)
    2 mai 2020

    En quatre romans, Camilla Grebe s'est imposée comme une virtuose parmi les écrivains suédois d'intrigues policières. Depuis Un cri sous la glace, l'auteure ne cesse de se renouveler et de surprendre le lecteur par la maîtrise et l'ingéniosité dont elle fait preuve.
    Cette fois, un tueur en série, qui sévit depuis de longues années sur l'archipel de Stockholm donnera du fil à retordre aux enquêteurs que nous retrouvons avec bonheur, Hanne, Malin et Manfred.
    La construction de L'Archipel des larmes est magistrale, le talent de Camilla Grebe indéniable... Mais jusqu'où ira t-elle ?


  • 21 avril 2020

    Police de femmes

    Une enquête qui se poursuit sur 70 ans. Démarrée en 1944 suite au meurtre sordide d’une femme obligée de se prostituer, elle va nous entraîner sur plusieurs décennies. Qui est ce meurtrier qui semble se mettre en sommeil, puis reprend son sanglant parcours et pourquoi ?
    Addictif, ce roman policier tient surtout sur la façon extrêmement intéressante de raconter l’évolution de la place des femmes dans la police.
    Quel était leur rôle, comment étaient-elles perçues, leur combat pour un poste enfin intéressant et équivalent aux hommes.
    Sans être féministe, ni donneur de leçon, L’Archipel des larmes est un très bon moment de détente en ces temps troublés de confinement ou un futur bon compagnon pour la reprise, à découvrir sans réserve !


  • par (Libraire)
    2 mars 2020

    À chaque nouvel opus, c'est un régal de retrouver la plume attachante de Camilla Grebe, qui vous rendra totalement addict de la première à la dernière ligne.
    Ce polar, magistralement construit et ouvertement féministe, se déroule sur plusieurs décennies, de 1944 à nos jours: un mystérieux tueur en série sévit et, à chaque époque, l'enquête progresse sous les regards croisés de femmes représentantes des forces de l'ordre à la fois ordinaires et d'exception, au travail comme dans leur vie privée.
    J'ai trouvé dans ce roman tout ce que j'attends d'un très bon, d'un excellent polar.
    Avec Camilla Grebe, le polar nordique a encore de beaux jours devant lui...