L'âge d'or de la prose féminine au Japon (Xe-XIe siècle)
1 autre image
EAN13
9782251446400
ISBN
978-2-251-44640-0
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Collection Japon. Série Études
Nombre de pages
300
Dimensions
22 x 16 x 1 cm
Poids
310 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'âge d'or de la prose féminine au Japon (Xe-XIe siècle)

Les Belles Lettres

Collection Japon. Série Études

Offres

Autre version disponible

Murasaki Shikibu, auteur du Roman du Genji, Sei Shônagon, auteur des Notes de Chevet, la « mère de Fujiwara no Michitsuna », auteur des Mémoires d'une Éphémère, sont des femmes. Comment expliquer cette floraison d'une prose féminine dans les quelques décennies qui correspondent à l'apogée de l'aristocratie de cour japonaise à l'époque de Heian (fin IXe – fin XIIe siècle)?
Ces femmes ont bénéficié de conditions particulières qui leur ont donné accès à la culture tout en leur laissant une certaine liberté d'action. Écrivant en langue vulgaire, dans des genres qui n'étaient pas reconnus comme sérieux, elles ont pu donner libre cours à leur créativité, et c'est cette liberté de ton qui leur vaut l'intérêt du lecteur moderne. Confinées, en tant que femmes, dans le domaine de l'intime, elles ont pu faire état de leur vie personnelle quotidienne et l'analyser.
Il s'agit ici, en se concentrant essentiellement sur le Roman du Genji et les Mémoires d'une Éphémère, d'analyser certains procédés d'écriture (lettres, poèmes, citations), qui permettent l'expression d'une conscience de soi dans le roman comme dans l'autobiographie, mais aussi de réfléchir aux liens constitutifs entre ces deux genres.

S'identifier pour envoyer des commentaires.