Arpenter la terre et sonder la nature
EAN13
9782366721508
ISBN
978-2-36672-150-8
Éditeur
Plume de Carotte
Date de publication
Collection
ESPRITS NATURE
Nombre de pages
122
Dimensions
21,1 x 11,5 x 1,2 cm
Poids
137 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Arpenter la terre et sonder la nature

De

Plume de Carotte

Esprits Nature

Offres

Voici l'un des 11 titres d'une collection d'ouvrages proposant des textes de grands auteurs de la littérature mondiale sur la nature. Chaque recueil, consacré à un auteur, propose une sélection d'extraits " oubliés ", pour donner à lire de belles pages, des pages surprenantes, qui font rêver ou réfléchir sur le rapport de l'être humain à la nature...
Robert Louis Stevenson (1850-1894) est quasiment né malade, en Écosse, et mort en Polynésie, après avoir arpenté le monde. Accablé d'affections pulmonaires, il a voyagé sur les chemins caillouteux, sous les ciels étoilés, dans les embruns, au cœur des forêts tropicales, pour fuir la maladie et trouver la paix, et vivre intensément avant qu'il ne soit trop tard.
Il prend la route des Cévennes en 1879. Le voyage et la vie avec l'ânesse Modestine sont rudes et ponctués d'orages, mais Stevenson aime marcher, vivre au rythme de son estomac, et dormir dehors. Il pense aussi à la femme qu'il vient de rencontrer, Fanny Osbourne, qu'il rejoint bientôt aux États-Unis. Il traverse les grandes plaines, découvre l'Ouest et le vent du désert, arrive efflanqué et couvert d'eczéma à Monterey, mais s'enthousiasme du Pacifique qui gronde. Fin 1880, il écrit L'Île au trésor pour le fils de Fanny âgé de 12 ans, premier ouvrage d'une longue série de romans d'aventure à succès qui racontent l'optimisme et le courage, mais aussi la nature peinte en ombre et lumière, mélange contrasté qui ne quittera plus l'œuvre de Stevenson.
En 1888, il part pour la dernière fois, en famille et à la voile jusqu'aux Marquises, Tahiti, Hawaï, puis s'installe aux Samoa. L'écrivain exilé défriche ses terres et poursuit son œuvre. Il décrit avec justesse et réalisme la vie dans les mers du Sud, plaçant son lecteur entre deux mondes, en équilibre instable. Et toujours, Stevenson raconte des histoires, dont certains personnages se perdent dans une nature insaisissable.
" Que s'abattent les coups qui me sont destinés, advienne ce qui devra ; Mais donnez-moi la face de la terre et la route qui m'attend. "

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Robert Louis Stevenson