Les Gisants, Sur «La mort des amants», de Baudelaire
EAN13
9782070760640
ISBN
978-2-07-076064-0
Éditeur
Le Promeneur
Date de publication
Collection
Le Cabinet des lettrés
Nombre de pages
168
Dimensions
16 x 12 x 1 cm
Poids
230 g
Langue
français
Code dewey
841.8
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Gisants

Sur «La mort des amants», de Baudelaire

De

Le Promeneur

Le Cabinet des lettrés

Offres

«Baudelaire écrit une poésie qu'on peut examiner à la loupe, à la longue-vue, ou à l'œil nu : elle rend la même musique. Chaque vers contient la totalité des Fleurs du mal. Et même, pris dans son contexte, chaque mot. L'image du très grand se retrouve dans le très petit. En somme, commenter le qualificatif "cruelle" dans "l'ennui rend ton âme cruelle", c'est donner à voir l'horizon baudelairien dans son intégralité. La biologie enseigne qu'on peut reconstituer certains organismes à partir d'un seul fragment microscopique. Les cellules qui le forment sont dites "totipotentes". De la même manière, les mots choisis par Baudelaire, du plus trivial au plus rare, sont totipotents, et les poèmes qui en naissent composent le bouquet de "fleurs maladives" qu'il offrit à Théophile Gautier. En voici un, "La mort des amants", examiné pétale par pétale.»Jacques Drillon.
Commentaire et analyse d'un poème de Baudelaire, La mort des amants.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jacques Drillon