À l’ombre des hommes-lions, J’ai grandi maasai
EAN13
9782081248649
ISBN
978-2-08-124864-9
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Documents, Témoignages
Nombre de pages
352
Dimensions
24 x 15 x 2 cm
Poids
455 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
305.8965
Fiches UNIMARC
S'identifier

À l’ombre des hommes-lions

J’ai grandi maasai

De

Contributions de

Flammarion

Documents, Témoignages

Offres

Autre version disponible

Centrafrique, 1962. Un cyclone s'abat sur la capitale, Bangui. C'est dans ce déchaînement des éléments que naît Isabelle Roumeguère. Ce qui lui vaudra le surnom deChipo (« Don du ciel » en bantou).   Son père, psychanalyste et confident de Salvador Dali, est consul de France ; sa mère, Jacqueline Roumeguère Eberhardt, est ethnologue au CNRS. Tous deux lègueront leurs gènes vagabonds et excentriques à leur enfant. Bercée depuis toujours par les tambours Gbayas, fiancée à un prince de 14 ans en Zambie, la fillette grandit en Afrique. Peau blanche, cœur noir. Lorsqu'elle n'a que quatre ans, sa mère s'installe avec ses trois enfants au Kenya, chez les Maasaïs, pasteurs-nomades ne vivant que pour et par leur bétail. Un peuple réputé pour sa plastique superbe et sa structure guerrière, pratiquant la polygamie et l'excision. La fusion est totale. Le couple n'y survit pas.Sa mère tombe amoureuse d'Oka, notable de cette ethnie, qui devient le père adoptif d'Isabelle, de son frère et de sa sœur. Il l'est toujours même si, entre-temps, il a épousé huit femmes et eu une cinquantaine d'enfants !   Dans la savane du Maasai Mara, la jeunesse d'Isabelle est rythmée par les cérémonies d'initiation et les razzias mortelles. Elle habite dans des cases enfumées et surpeuplées, surveille les troupeaux, apprend à éviter les fauves, court le bush avec les murrans , fiers guerriers aux cheveux ocres. Jusqu'à ce jour de 1980, où elle rentre en France, pays dont elle ne connaît rien. Il fait froid, gris. Le choc. Une histoire de femme qui vous emmène très loin, olaya , comme disent les Maasaïs, « au-delà de la mer »…

S'identifier pour envoyer des commentaires.