Que faire de Carl Schmitt ?
EAN13
9782070135417
ISBN
978-2-07-013541-7
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Tel (387)
Nombre de pages
336
Dimensions
19 x 13 x 1 cm
Poids
334 g
Langue
français
Code dewey
193
Fiches UNIMARC
S'identifier

Que faire de Carl Schmitt ?

De

Gallimard

Tel

Offres

L'affaire est entendue, et Karl Jaspers l'a résumée : Carl Schmitt fait partie avec Heidegger de «ces professeurs [...] qui ont tenté de prendre intellectuellement la tête du mouvement national-socialiste». Depuis lors, nonobstant, des contradicteurs distingués - Strauss, Löwith, Peterson, Kojève, Blumenberg, Habermas, Derrida... - ont discuté âprement ses thèses, souvent pour les rejeter, comme il en va avec tous les classiques intéressants, de Platon à Wittgenstein. Aussi l'heure est-elle venue de «partir de Carl Schmitt», au double sens de reformuler des questions essentielles à partir de certains de ses travaux et de lui donner congé lorsqu'il ne nous aide plus à penser. Certains de ses concepts (le nomos de la terre, la constitution comme décision «existentielle»...) ou des concepts sur lesquels il a apposé son empreinte (le pouvoir constituant, l'État de droit «bourgeois») éclairent différemment des questions telles que le rapport entre décision et rationalité ; l'enracinement des normes juridiques dans les institutions ; le statut de l'ordre constitutionnel et ses présuppositions ; les effets pervers du retour de la morale en politique internationale (droits de l'homme et démocratie forment-ils le couple uni que l'opinion dominante nous décrit ?). Mais cette fécondité se heurte à une limite fondamentale : Schmitt est plus efficace pour penser des ruptures et des instaurations que pour décrire le fonctionnement normal de l'ordre juridique établi. À jamais, il demeure un penseur du dissentiment.
Jean-François Kervégan est professeur de philosophie à l'université Paris I-Sorbonne.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean-François Kervégan