30 août - Comment rendre le monde lisible ?

Les Éclaireurs, édition 2019 - Version numérique

30 août - Comment rendre le monde lisible ?

Le 30 août, à 18h, rendez-vous avec Maurice Olender !

Une rencontre autour de la fonction poétique et politique de la collection "La Librairie du XXIème siècle" qui célèbre ses 30 ans.

« Voilà ce dont rêvent peut-être les livres, et leurs auteurs qu’on peut imaginer hanter les pages des volumes désertés : être lus par des amateurs pour qui le laisser-aller s’identifie à de la rigueur. Des lecteurs qui ont le cœur qui bat, la tête qui bouillonne, en découvrant de nouveaux problèmes qui éclairent leurs jours et leurs nuits sans leur apporter pour autant une réponse à chaque question. Ce qui serait une lecture créatrice, tant il est souhaitable qu’un livre ait toujours au moins deux faces : celle de l’auteur et celle de la lectrice/du lecteur. Or la seconde face n’est pas moins créatrice que la première… d’où le rôle essentiel des libraires quand ils s’inventent le temps de laisser s’exprimer leur créativité faite de rangements, de classements, tout autant que de dé-rangements, bref du Penser/Classer auquel incite le volume devenu un classique de Georges Perec. »
Extrait d’une interview parue sur www.nonfiction.fr le 10 novembre 2009

Un fantôme dans la bibliothèque

Maurice Olender

Le Seuil

11,99

Il avait tout appris en devenant cliveur de diamants. Sans jamais oublier qu'il était né analphabète. Adolescent, plutôt que de sombrer dans la drogue, il s'était abîmé dans l'érudition.
Mais que peut signifier pour un savant, un professeur, un éditeur, l'affirmation d'une volonté analphabète ? Peut-on vraiment lire en échappant aux signes, comprendre sans déchiffrer les textes, vivre en écrivain, entouré de livres, sans jamais rien lire ? Et passer sa vie à collecter d'authentiques archives, littéraires et scientifiques, pour en faire des installations archéologiques ?
Ou alors ces histoires de fantôme dans la bibliothèque ne seraient qu'une ruse, une manière d'inverser les jeux de rôle entre la lettre et l'esprit, le judaïsme et le christianisme ?
Sous tant de questions couve une interrogation inquiète : comment élucider l'obscure intensité des liens entre l'absence et la présence, la mémoire et l'oubli, le poétique et le politique ?